Projet d'attaques contre une école maternelle et des policiers : deux hommes arrêtés

Projet d'attaques contre une école maternelle et des policiers : deux hommes arrêtés© GERARD JULIEN Source: AFP
Logo de la Direction générale de la sécurité intérieure (image d'illustration).

Si le lien avec l'Etat islamique n'a pas été établi, deux hommes de 20 et 21 ans ont été écroués dans une affaire confiée à la DGSI. Ils projetaient d'attaquer des policiers et une école maternelle, deux cibles préconisées par Daesh.

Deux hommes d'une vingtaine d'années ont été mis en examen à Paris et écroués le 29 mars après avoir projeté d'attaquer une école maternelle et un policier, deux types de cibles fréquemment préconisées par Daesh, selon les informations de l'AFP. Le parquet de Paris a fait savoir que les deux suspects, nés en 1998, avaient été interpellés le 25 mars dans le cadre d'une enquête confiée à la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) le 22 mars.

Ils ont été présentés à un juge antiterroriste le 29 mars et ont été mis en examen pour «association de malfaiteurs terroriste criminelle» puis placés en détention provisoire. Selon une source proche de l'enquête évoquée par l'AFP, le principal suspect, interpellé en Seine-et-Marne, souffrirait d'«une très forte instabilité psychiatrique» et d'une «tendance suicidaire» qui aurait pu le pousser à passer à l'acte. Ce jeune homme né en 1998 voulait s'en prendre à une école maternelle qu'il aurait avoué avoir déjà repérée, selon une information de BFMTV.

Il aurait voulu s'en prendre aux enfants, faire une prise d'otage puis tuer des policiers et en particulier un fonctionnaire qui l'avait déjà interpellé par le passé, toujours selon cette même source. Mais lorsqu'il a cherché à se procurer des armes, la DGSI est entrée en jeu, la justice a été saisie et le parquet a décidé de son interpellation. Il était déjà connu du renseignement territorial pour sa radicalisation. Un ami d'enfance de cet individu avait été interpellé en août 2018 par des douaniers alors qu'il cherchait à importer des armes.

Selon les informations de BFM-TV, le  suspect de 21 ans se revendique comme «le fils spirituel» de Mohammed Merah, l'assassin djihadiste qui avait frappé à Toulouse et Montauban en 2012. Entendu pendant 96 heures en garde à vue, il a expliqué qu'il souffrait d'une dépression et a précisé qu'il voulait «sublimer son suicide» en s'illustrant dans les médias avec un écho aussi retentissant que possible.

L'autre suspect a été arrêté à Paris, mais selon des sources concordantes évoquées par l'AFP, il serait seulement soupçonné d'avoir apporté son aide et serait impliqué dans une moindre mesure dans le projet terroriste.

Lire aussi : Quatre ans après l'attentat de Charlie Hebdo, où en est la menace djihadiste en France ?

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»