Acte 22 des Gilets jaunes : les manifestants à nouveau dans la rue

Acte 22 des Gilets jaunes : les manifestants à nouveau dans la rue© RT France
La manifestation des Gilets jaunes à Toulouse, le 13 avril.
Suivez RT en français surTelegram

Dans l'attente des premières annonces d'Emmanuel Macron après le grand débat, les Gilets jaunes maintiennent la pression pour l'acte 22, avec notamment un rendez-vous national à Toulouse.

Mise à jour automatique
  • Selon le ministère de l'Intérieur, 31 000 personnes ont manifesté en France lors de l'acte 22 des Gilets jaunes dont 5 000 à Paris. La semaine dernière, 22 300 manifestants dont 3 500 dans la capitale avaient été recensés par la place Beauvau. 

  • Des affrontements sporadiques entre manifestants et forces de l'ordre se poursuivent à Toulouse. 

  • A Toulouse, un street medic blessé est pris en charge par ses collègues. 

  • Alors que les Gilets jaunes continuaient de battre le pavé en fin d'après-midi dans les rues de Toulouse, un journaliste de RT France s'est retrouvé aux côtés d'un homme à terre, blessé et visiblement inconscient.

    Auprès de lui, pendant que des street medics débutent leur intervention, une femme en pleurs s'efforce d'exprimer son ressenti devant le cordon de policiers.

  • «Je prends 500 euros par week-end» : c'est en ces termes qu'un CRS a nargué Maxime Nicolle, une des figures médiatiques du mouvement des Gilets jaunes, lors d'un face à face filmé respectivement par les deux interlocuteurs à Toulouse. «Et vous êtes fier, c'est bien [...] Moi je dors bien le soir», lui a répondu le Gilet jaune breton.

  • A Toulouse, alors qu'il continue de suivre le cortège de Gilets jaunes, notre journaliste a assisté à l'intervention des street medics auprès d'une personne âgée blessée, aux abords de la place Belfort.

    © Facebook : RT France
    Intervention des médics à Toulouse, 13/04/2019.
  • En milieu d'après-midi, le ministère de l'Intérieur a annoncé son premier décompte, estimant à 7 500 le nombre de manifestants en France à 14h00, dont 1 300 à Paris.

  • Après avoir été dispersé en matinée, le cortège des Gilets jaunes s'est temporairement reformé à Toulouse, avant que les forces de l'ordre ne procèdent de nouveau à des tirs de gaz lacrymogènes. Témoin de la situation, un journaliste RT France a lancé une nouvelle diffusion en direct.

  • Dans la capitale, la tension est montée d'un cran place de la République. Comme en témoigne un journaliste RT France sur place, une partie de la place est recouverte par du gaz lacrymogène.

    Quelques minutes plus tard, notre reporter a filmé un face à face entre manifestants et forces de l'ordre devant l'institut Wall Street English.

Découvrir plus

Les Gilets jaunes mobilisés pour le 22e samedi d'affilée vont tenter de maintenir la pression en attendant les annonces du président après la clôture du grand débat, prévues avant le week-end de Pâques, avec notamment un rassemblement national organisé à Toulouse, un des principaux bastions du mouvement. Cet acte 22 a également la particularité d'être le premier à se dérouler après la promulgation de la loi anticasseurs.

Lors de l'acte 21, la mobilisation avait accusé un recul notable avec 22 300 dans toute la France selon le ministère de l'Intérieur tandis que le Nombre jaune avait recensé 73 420 manifestants «minimum».

Pour palier cette baisse de la participation, plusieurs appels ont été lancés sur les réseaux sociaux pour faire de Toulouse la «capitale des Gilets jaunes», comptant sur la forte mobilisation de la ville rose depuis le début du mouvement. Parmi les figures du mouvement, Priscilla Ludosky ou Maxime Nicolle ont annoncé qu'ils seraient présents dans la capitale occitane, ce dernier prédisant un «gros week-end». Jusqu'à 10 000 manifestants avaient été dénombrés mi-janvier dans cette place forte des Gilets jaunes. 

La manifestation, non déclarée, doit partir vers midi du centre, à proximité de la place du Capitole qui a une nouvelle fois été interdite aux manifestants par un arrêté préfectoral.

Des renforts sont en particulier attendus à Bordeaux, où les Toulousains étaient allés grossir les rangs le 30 mars, et à Montpellier où une marche doit avoir lieu à partir de 14h. Evoquant une «volonté d'en découdre» des Gilets jaunes à Toulouse, le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner a relevé qu'il y aura, là comme ailleurs, un dispositif proportionné.

A Paris, le «droit à manifester»

A Paris aussi, la loi anticasseurs sera dans le collimateur des manifestants. Un premier cortège, déclaré par des Gilets jaunes pour «la défense du droit de manifester» et «l'abrogation de la loi liberticide» doit aller jusqu’à la place de la République d'où s'élancera ensuite une marche pour «la liberté de manifester», organisée par plusieurs associations (dont LDH, Amnesty, Attac, Unef, SOS Racisme…). Une cinquantaine d’organisations ont en effet signé un appel pour l'abrogation de ce nouveau texte.

Comme ces derniers week-ends, la Préfecture de police a pris un arrêté interdisant tout rassemblement de Gilets jaunes sur les Champs-Elysées et les rues perpendiculaires à la célèbre avenue.

Circulaire aux préfets

Le ministre de l'Intérieur a, lui, insisté sur la mise en vigueur dès le 13 avril du nouveau cadre législatif, indiquant avoir envoyé «une circulaire [le 12 avril] à l'ensemble des préfets pour les inviter à préparer la bonne utilisation de ces dispositifs, à travailler avec les procureurs, les parquets». Christophe Castaner a également rappelé que le fait de se masquer, de cacher son visage «à un moment d'émeute» devient ainsi «un délit passible d'une peine d'un an et de 15 000 euros d'amende».

Lire aussi : Le RIC absent des conclusions du grand débat : logique ou pas ?

Raconter l'actualité

Suivez RT en français surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par ANO « TV-Novosti » de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service). En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services. Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix». Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix». Réseaux sociaux Désactiver cette option empêchera les réseaux sociaux de suivre votre navigation sur notre site et ne permettra pas de laisser des commentaires.

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix