Julia, femme transgenre, de nouveau agressée lors d'un rassemblement de soutien (VIDEO)

Julia, femme transgenre, de nouveau agressée lors d'un rassemblement de soutien (VIDEO)© l'Obs
Capture d'écran l'Obs

«Tu te sens puissant ? Allez, casse toi !» : c'est la réaction qu'a eue un groupe de jeunes présents en marge du rassemblement en soutien à Julia, femme transgenre agressée le 31 mars place de la République par des manifestants anti-Bouteflika.

Alors que quelque 400 personnes étaient rassemblées le 9 avril place de la République à Paris en soutien à Julia, femme transgenre agressée au même endroit le 31 mars par des manifestants anti-Bouteflika, celle-ci a été à nouveau insultée. Comme en témoigne une vidéo diffusée par L'Obs, la victime est interpellée par un groupe de jeunes en marge du rassemblement. «Tu te sens puissant ? Allez, casse toi !», lui intime un premier, alors que Julia tente de dialoguer. «Salope !», peut-on entendre fuser de la bouche d'un autre alors qu'elle s'éloigne.

Vous voyez, encore une fois ça continue

«Il y a un groupe d'hommes sur le côté qui viennent de nous insulter. Qui viennent de me traiter de salope. Vous voyez, encore une fois ça continue.», déplore ensuite Julia, prenant la parole au micro devant la foule. En réaction, ceux venus la soutenir crient «Shame !» (Honte !) à l'endroit des jeunes à l'origine des insultes.

Elle avait appelé à la «tolérance» et à ne pas faire d'«amalgames»

«Qu'ils soient là tant pis, nous ça nous empêche pas d'être là et de nous battre», commente subséquemment la femme transgenre de 31 ans, ajoutant : «S'ils veulent se confronter à nous, on est là !»

Refusant de nommer ses agresseurs du 31 mars, Julia avait appelé à la «tolérance» et à ne pas faire d'«amalgames». «Ces personnes qui m'ont agressée sont des personnes ignorantes, et ça n'a rien à voir avec leur croyance et le fait qu'ils soient Algériens», s'était-elle indignée, vilipendant des commentaires «haineux» et «racistes».

Le 9 avril, le délégué Alpes-Maritimes et coordinateur national de Stop Homophobie, Mathieu Mercuri, relayait sur son compte Twitter un cliché de Julia entourée de trois personnes, l'accompagnant de ce commentaire : «Julia, le drapeau trans et le drapeau algérien sur la place de la République ! Un beau message de paix et de bienveillance.»

Le 31 mars, des images massivement relayées sur les réseaux sociauxmontraient Julia, prise à partie par plusieurs personnes en marge d'un rassemblement place de la République contre le président algérien Abdelaziz Bouteflika, avant d'être secourue par des agents de sécurité de la RATP. 

Une enquête pour «violences commises à raison de l'orientation sexuelle et de l'identité de genre» avait été ouverte immédiatement après cette agression qui a provoqué l'indignation de plusieurs responsables politiques, dont la maire de Paris Anne Hidalgo ou la secrétaire d'Etat à l'Egalité femmes-hommes Marlène Schiappa.

Lire aussi : Une «brigade anti-trav» s'attaque violemment aux travestis à Paris, suscitant l'émoi (VIDEO CHOC)

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»