«Ils ont pataugé dans la semoule» : Vincent Crase sort du silence sur l'affaire Benalla

«Ils ont pataugé dans la semoule» : Vincent Crase sort du silence sur l'affaire Benalla© GEOFFROY VAN DER HASSELT Source: AFP
Vincent Crase au TGI de Paris le 19 février 2019 (image d'illustration).

S'exprimant pour la première fois dans les médias, Vincent Crase, gendarme réserviste, ancien salarié d'En marche et proche d'Alexandre Benalla, accorde une interview au Parisien et annonce la sortie de son livre.

Son nom n'avait pas tardé à sortir dans l'affaire des violences du 1er mai 2018 place de la Contrescarpe à Paris : Vincent Crase, ancien collaborateur de l'Elysée et second couteau de l'affaire Benalla est sorti de son silence le 3 avril en accordant une interview au journal Le Parisien. Il annonce également la sortie de son ouvrage Présumé coupable aux éditions Plon ce 4 avril.

Dans cet entretien fleuve, le gendarme réserviste qui fut salarié d'En marche avant de suivre Alexandre Benalla à l'Elysée revient sur cette affaire qu'il se refuse à qualifier d'«affaire d'Etat» en minimisant les faits qui lui sont reprochés : «Ce n’est pas le Rainbow Warrior ! On est juste deux types qui, croyant bien faire, ont dérapé devant quelqu’un qui filmait. Je n’ai même pas mis une claque ! [...] Les deux de la Contrescarpe [le couple qui a été violemment interpellé par Alexandre Benalla], on ne peut plus dire que ce sont des amoureux qui allaient manger une crêpe. Ils ont été condamnés ! Comme si l’Elysée nous avait envoyés casser de l’opposant, c’est du délire… C’est une histoire ridicule qui a pris des proportions folles. Benalla a été un défouloir.»

Quand je vois que Sibeth Ndiaye est porte-parole du gouvernement, il va y avoir des clashs avec les journalistes !

Vincent Crase défend également Emmanuel Macron en estimant : «Il est hyper talentueux, en avance sur son temps, ou alors ce sont les Français qui sont en retard. La déconnexion vient de là.» Cependant, il semble moins dithyrambique à l'endroit du parti présidentiel : «Pendant la campagne, c’était une machine à gagner. Après, c’était du grand n’importe quoi. Ça ressemblait plus à une start-up ou une entreprise qui vend des logiciels qu’à un parti politique, avec babyfoot et distributeur de boissons bios. A la com’, ils avaient des sacs de Lego ! Ils sont tous dans la quatrième dimension, pas dans le réel», commente-t-il à propos d'En marche !.

Pourquoi Alexandre Benalla était-il si important pour Emmanuel Macron ?

Concernant l'entourage du président, il précise : «J’ai l’impression qu’il est de plus en plus seul. Ça manque de poids lourds, de vieux renards de la politique. Quand je vois que Sibeth Ndiaye est porte-parole du gouvernement, je l’aime beaucoup, mais il va y avoir des clashs avec les journalistes !»

Interrogé sur un flottement au sommet de l'Etat après le 1er mai, en rapport avec l'affaire de la Contrescarpe, il lâche : «J’ai l’impression que tous savaient et qu’ils se sont refilés la patate chaude. S’il y avait eu une sanction directe, ferme, définitive, il n’y aurait pas eu d’affaire Benalla. Ils ont pataugé dans la semoule.»

Benalla, c’était une courroie de transmission très importante au Château

Concernant Alexandre Benalla, son ami dresse finalement un portrait assez convenu du personnage : «C’est étrange. J’étais son chef quand je l’ai connu, il m’appelait "Mon capitaine". Il avait 17 ans, il était tout sec, avec la mâchoire cassée. C’est un Bibendum maintenant, avec des bras et une bedaine… Resto et muscu ! [...] Il est attiré par les objets du pouvoir. C’est un petit gars qui vient de nulle part, avec une enfance compliquée. Il a parfois une maturité extrême. Et parfois, c’est encore un gamin dans sa tête.» Et d'ajouter la raison pour laquelle, selon lui, Alexandre Benalla était si cher au président de la République : «Alexandre était capable d’organiser très vite un dîner au restaurant en absolue sécurité, sans les gyrophares, etc. Un président et son épouse ont le droit de souffler. Benalla, c’était une courroie de transmission très importante au Château. [...] Emmanuel Macron savait qu’il pouvait se reposer sur Alexandre.»

Lire aussi : Bourde au TGI ? Mis dans un box commun, Benalla et Crase auraient échangé pendant une heure

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»