NDDL : la Loire-Atlantique valide la rétrocession de 895 hectares après la fin du projet d'aéroport

NDDL : la Loire-Atlantique valide la rétrocession de 895 hectares après la fin du projet d'aéroport © LOIC VENANCE Source: AFP
Des militants cultivent des haricots sur la ZAD de Notre-Dame-des -Landes en septembre 2018.

Le département de Loire-Atlantique a approuvé le transfert de propriété de 895 hectares de terres de l'Etat vers le département sur les 1 425 du site du projet d'aéroport abandonné. Ils devraient servir à des projets agricoles.

Les élus du conseil départemental de Loire-Atlantique ont approuvé le 25 mars le transfert de propriété entre l'Etat et le département de 895 hectares du site de Notre-Dame-des-Landes (NDDL), ouvrant la voie à de nouveaux projets agricoles après l'abandon du projet d'aéroport.

La collectivité avait progressivement acquis ces 895 hectares à partir de 1974 en vue de la construction d'un nouvel aéroport au nord de Nantes, puis les avait cédés à l'Etat en 2012. Elle a demandé à récupérer ces terrains (une partie des 1 425 hectares du site), en vertu de la déclaration d'utilité publique signée en 2008 et devenue caduque après dix ans sans lancement des travaux.

Le montant de cette rétrocession s'élève à 1,8 million d'euros, une somme dont il convient de déduire le coût des travaux de remise en état des routes départementales 281 et 81, dégradées pendant l'occupation des zadistes. Facture finale pour le département : 950 000 euros. A l'époque, cette parcelle avait été vendue à l'Etat pour 4,7 millions d'euros.

Le 17 janvier 2018, le Premier ministre Edouard Philippe a annoncé l'abandon définitif du projet, mettant fin à des années d'opposition, marquées par une occupation permanente des lieux, proclamés «Zone à défendre» (ZAD) par les opposants au projet. Plusieurs épisodes parfois très violents ont eu lieu avec les forces de l'ordre venues pour les déloger, notamment en octobre 2012, où l'opération César lancée par la gendarmerie s'était soldée par un échec. 

En mai 2018, la gendarmerie a lancé une vaste opération d'expulsion, dernier acte de l'évacuation des «zadistes» n'ayant pas déposé de projets durables pour l'exploitation, notamment agricole, des terrains. De nouvelles cabanes érigées illégalement ont encore été détruites le 12 mars sans que cela n'ait de «conséquence», selon la préfecture, «sur le processus de régularisation engagé avec les habitants».

Lire aussi : Philippe va décorer des gendarmes, policiers, pompiers et fonctionnaires s'étant illustrés à NDDL

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»