A Paris, les anti-Bouteflika maintiennent la pression sur le pouvoir (IMAGES)

A Paris, les anti-Bouteflika maintiennent la pression sur le pouvoir (IMAGES)© FRANCOIS GUILLOT Source: AFP
Des Algériens manifestent à Paris, place de la République, contre Abdelaziz Bouteflika et le système politique algérien actuel, le 24 mars 2019.

Ce 24 mars, pour la cinquième fois consécutive, place de la République à Paris, plusieurs milliers d'Algériens établis en France et de binationaux ont une nouvelle fois exigé le départ d'Abdelaziz Bouteflika et de son cercle rapproché.

La place de la République à Paris a accueilli ce 24 mars, pour la cinquième fois consécutive, plusieurs centaines d’Algériens et de binationaux opposés à la perspective de voir Abdelaziz Bouteflika rester au pouvoir après la fin théorique de son quatrième mandat, le 28 avril prochain. Selon la préfecture de police de Paris, ils étaient 9 500 manifestants à exprimer leur opposition aux autorités actuelles.

Le président algérien avait annoncé le 11 mars qu'il renonçait à briguer un cinquième mandat à la tête du pays. Initialement prévue le 18 avril, l'élection présidentielle avait quant à elle été reportée sine die

«Klitou leblad, ya seraqin [Voleurs, vous avez pillé le pays]», «Djazayer houra democratiya [Algérie libre et démocratique]» : dans une ambiance plutôt festive, les manifestants ont notamment exprimé leur souhait de voir s’installer un nouveau système politique. Le Front de libération national (FLN), parti historique et actuellement au pouvoir, ainsi que plusieurs personnalités réputées proches du chef de l'Etat algérien, à l'instar de son frère cadet, Saïd, ont été conspués par les manifestants. 

D'autres rassemblements organisés en province 

Comme la semaine dernière, d’autres rassemblements réunissant plusieurs centaines de manifestants ont également eu lieu ce 24 mars dans plusieurs villes de l’Hexagone à l'instar de Lille ou encore Strasbourg. 

Depuis l’officialisation de la candidature d’Abdelaziz Bouteflika à l'élection présidentielle à la mi-février, de nombreux mouvements de protestation ont émergé dans le pays, contraignant le chef de l’Etat algérien à ne pas briguer de cinquième mandat. Son renoncement n'a pas pour autant calmé les esprits car il allait de pair avec un report de la présidentielle. L'idée d'une transition qui serait menée par le pouvoir en place actuellement est rejetée par une grande partie de la population algérienne.

Lire aussi : Les Algériens restent mobilisés un mois après le début de la contestation (VIDEOS)

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»