Alcool, Twitter, débarassage de table... Marlène Schiappa se confie au JDD sur sa vie privée

Alcool, Twitter, débarassage de table...  Marlène Schiappa se confie au JDD sur sa vie privée© Marlène Schiappa Source: AFP
Marlène Schiappa à l'Elysée le 8 mars.

La secrétaire d'Etat à l'Egalité s'est livrée à une interview très personnelle dans les colonnes du Journal du dimanche. Elle y livre quelques éléments sur sa vie privée et explicite sa biographie.

Marlène Schiappa s'est laissée allée à des confidences plutôt personnelles dans une interview accodée au Journal du dimanche (JDD). On y apprend que la secrétaire d'Etat à l'Egalité entre les hommes et les femmes, l'une des personnalité les plus emblématiques mais aussi controversées du gouvernement, a un problème avec la violence de Twitter, qu'elle utilise pourtant largement dans le cadre de sa fonction. Jugeant le réseau social «trop agressif», cette dernière envisage de l'abandonner... une fois qu'elle aura quitté le gouvernement.

Sa nouvelle notoriété lui semble aussi difficile à porter, la poussant à se méfier des «gens qui t’aiment sans te connaître car un jour ils te détesteront pour les mêmes raisons», une réflexion érigée en «dicton» personnel. 

Pas d'alcool donc pas de «gueule de bois» le dimanche

Selon ses dires, la vie de la secrétaire d'Etat serait par ailleurs particulièrement sobre : sans alcool ni tabac et même sans café. «J’ai vu tellement de gens qui ruinaient leur dimanche avec une gueule de bois. Moi, je n’ai pas besoin d’alcool pour être désinhibée!», explique-t-elle pour justifier ce choix. 

Mais pas question d'assimiler la sobriété à l'ennui : l'infatigable défenseure des droits des femmes mettrait ce temps à profit, non seulement pour mener une vie familiale épanouie, mais surtout pour poursuivre la «foule de projets et d’événements en parallèle» de sa fonction.

Avoir un utérus ne fait pas de moi une préposée au ramassage des plateaux !

La lutte pour l'égalité, un combat qui ne date pas d'hier pour la ministre. Ainsi, toujours dans les colonnes de l'hebdomadaire, Marlène Schiappa raconte une anecdote survenue en 2014 lorsqu'elle était adjointe au maire du Mans. La jeune élue aurait fait participer les hommes au moment de débarrasser une table après un «plateau-­repas» en leur déclarant : «Avoir un utérus ne fait pas de moi une préposée au ramassage des plateaux !» 

Lire aussi : Harcèlement de rue : 332 contraventions pour outrage sexiste ont été dressées

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»