«Cannibales», «sauvages», «dégénérés» : les insultes de Brigitte Bardot aux Réunionnais indignent

«Cannibales», «sauvages», «dégénérés» : les insultes de Brigitte Bardot aux Réunionnais indignent© Eric Feferbeg Source: AFP
Brigitte Bardot en 2007

Prenant la défense des animaux qu'elle estime maltraités dans l’île de La Réunion, l'ancienne actrice Brigitte Bardot a abreuvé les habitants d'insultes dans une lettre au préfet. Les Réunionnais auraient selon elle «gardé leurs gênes de sauvages».

«Autochtones» qui auraient gardé «leurs gênes de sauvages», coupables de «barbarie»... Brigitte Bardot s'est lâchée sur les Réunionnais qu'elle a copieusement insultés dans une lettre datée du 18 mars, adressée au préfet de l'île de La Réunion. Ses propos ont été condamnés par différentes personnalités d'Outre-mer ou de France métropolitaine. 

Faisant état de mauvais traitements infligés aux animaux dans ce qu'elle qualifié «d'île démoniaque», l'ancien mythe du cinéma devenue activiste de la cause animale a inondé les habitants de substantifs peu flatteurs.«Cette île qu’ils appellent "l’île du diable" est la seule parmi tous les départements et territoires d’Outre-mer français qui continue à se conduire aussi sauvagement avec les animaux», écrit la militante dont la fondation d'assistance aux animaux porte le nom.

L’ancienne actrice dépeint tout d’abord le triste sort des chats et chiens, selon elle en majorité euthanasiés sur l'île. Décrivant par exemple des fêtes tamoules au cours desquelles des chèvres et des boucs seraient décapitées, elle estime que ces célébrations ont «des réminiscences de cannibalisme des siècles passés» et devraient être interdites. Elle jette l'opprobre sur une «population dégénérée encore imprégnée des coutumes ancestrales, des traditions barbares qui sont leurs souches».

Elle appelle en conclusion le préfet à interdire les pratiques cruelles pour les animaux, à «faire preuve de courage» et à «rendre à cette île démoniaque un peu de l’humanité qu’elle a perdue». L'authenticité du courrier a été confirmé par la fondation Brigitte Bardot, contactée par le réseau télévisé La 1re. 

Réactions outrées de la classe politique et plaintes en cours

Les propos de l'icône de 84 ans ont indigné de nombreuses personnalités politiques. Annick Girardin, la ministre des Outre-mer, a annoncé qu'elle s'associerait à la plainte qui ne manquera pas d'être déposée par le préfet.

Marlène Schiappa, la secrétaire d'Etat à l'Egalité entre les femmes et les hommes, a retweeté le message de sa collègue et adressé sa «solidarité aux habitant/es de La Réunion insultés».

Nassimah Dindar, sénatrice centriste de La Réunion, a tancé la militante. «La maltraitance animale est inadmissible, l’outrance et l’injure tout autant ! Qui d’entre les Réunionnais et vous est le plus "sauvage" ?», a-t-elle demandé.

L'association SOS Racisme a annoncé qu'elle allait porter plainte.

Il est à noter que si Brigitte Bardot s'en prend aux «autochtones» réunionnais, l'île fut pourtant inhabitée jusqu'à une époque relativement récente. Au début du XVIIIe, elle ne compte que 2 000 habitants, pour moitié composés d'esclaves d'Afrique et de Madagascar. Plus tard, des Indiens, du Sud notamment, et des Chinois rejoignent l'île.

La militante de la cause animale a déjà été condamnée à cinq reprises pour incitation à la haine raciale, notamment pour des propos tenus contre les musulmans. Elle avait déclaré que cette communauté «nous détrui[sait], détrui[sait] notre pays en imposant ses actes». 

Lire aussi : «Vous êtes d'une nullité et d'une incompétence pitoyables et dangereuses» : Bardot tacle Rugy

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»