Tariq Ramadan s’invite à une réunion sur les violences faites aux femmes à Saint-Denis

Tariq Ramadan s’invite à une réunion sur les violences faites aux femmes à Saint-Denis© Martin Bureau Source: AFP
Image d'illustration. Tariq Ramadan le 14 novembre 2003 à Ivry-sur-Seine, lors d'une conférence de presse.

L'islamologue Tariq Ramadan, toujours mis en examen pour deux viols, s'est rendu sans y être invité à une réunion publique sur les violences infligées aux femmes, en banlieue parisienne, suscitant l'indignation des participants.

Récemment sorti de prison après avoir été libéré sous conditions, le prédicateur islamique Tariq Ramadan a choqué en s'invitant à une réunion publique, le 18 mars, dans la ville de Saint-Denis, au nord de Paris, sur le thème des «violences envers les femmes au quotidien». 

Des photos attestent de sa venue. Il aurait été accompagné de sa fille, selon le Journal du dimanche, qui rapporte également que l'islamologue habitait à Saint-Denis.

Sa venue dans la salle comme spectateur du débat est une provocation inacceptable

La réunion, en présence de la députée La France insoumise (LFI) Danièle Obono, était organisée par le conseiller de Seine-Saint-Denis Madjid Messaoudene, en charge de l'égalité femme-homme et de la lutte contre les discriminations.

Il s'est confié au Journal du dimanche à l'issue de cette réunion : «Il lui a été demandé 30 fois de partir. Sa présence gênait, elle était inconvenante. C'est une provocation de sa part, mais on ne pouvait pas le forcer à quitter la salle et il n'y avait pas de filtrage à l'entrée.»

La ville de Saint-Denis a publié dès le lendemain un communiqué de protestation, tweeté par le maire communiste Laurent Russier. Le refus de quitter les lieux de l'islamologue, toujours mis en examen, y est considéré comme «une insulte envers les personnes légitimement choquées par sa présence». La ville a qualifié «sa venue dans la salle comme spectateur du débat» de «provocation inacceptable». La municipalité a demandé à Tariq Ramadan «un minimum de décence en laissant en paix celles et ceux qui se battent contre les violences faites aux femmes.»

Une insulte envers les personnes légitimement choquées par sa présence

Tariq Ramadan avait obtenu sa mise en liberté sous conditions le 15 novembre 2018, neuf mois après sa mise en examen et son incarcération pour «viol» et «viol sur personne vulnérable», le 2 février de la même année. Ses quatre précédentes demandes de mise en liberté avaient été rejetées. 

Lire aussi : Ramadan : la version des plaignantes mise à mal par de nouveaux SMS ?

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»