«Essaims de cloportes», «hordes de sauvages» : un syndicat d'officiers réagit à l'acte 18

«Essaims de cloportes», «hordes de sauvages» : un syndicat d'officiers réagit à l'acte 18© Philippe Wojazer Source: Reuters
Des policiers font face à des manifestants le 16 mars à Paris (image d'illustration).

Après l'acte 18 des Gilets jaunes, un syndicat d'officiers de police affiche sa colère contre les casseurs, le Défenseur des droits et même, dans une moindre mesure, le Premier ministre. La forme est virulente et le fond pour le moins rageur.

Dans un tract publié sur son compte Twitter officiel et daté du 18 mars, le syndicat des gradés de la police, Synergie officiers, a appelé a plus de fermeté de la part de l'exécutif français, déplorant des «scènes de chaos et de guérilla qui ont émaillé la journée du 16 mars [et] sont sans précédent depuis des dizaines d'années.» 

«Synergie officiers exige un sursaut au plus haut niveau de l'Etat», écrit l'organisme, s'opposant «aux visites lénifiantes du Premier ministre» à ses troupes.

Surtout, Synergie officiers concentre ses attaques sur les casseurs qui se sont greffés à l'acte 18 des Gilets jaunes. Dans un langage particulièrement fleuri, Synergie officiers décrit des «hordes de sauvages excités par les appels à la radicalisation et la violence par la clique des Drouet, Nicolle et consorts et la petite cohorte de leurs adorateurs mélenchonistes». 

«Nervis d'extrême gauche» ; «essaims de cloportes» et autres «graines d'assassins» rythment en outre un texte qui ne manque pas non plus d'épingler le Défenseur des droits, Jacques Toubon, qualifié d'«altesse sénilissime» pour son engagement répété contre les moyens de défense intermédiaire des forces de l'ordre, du FlashBall au LBD40x46, et des grenades de type GLI-F4.

Le syndicat déplore également que les lanceurs de balles de défense aient transformés en vulgaires «pistolets à bouchons avec des munitions inopérantes au-delà de 7 mètres.»

Enfin, reprenant le champ lexical des associations de policiers en colère qui défendent les intérêts des effectifs de terrain depuis fin 2016, le syndicat d'officiers termine sa missive par un rageur : «Les policiers sont en colère et refusent de servir de chair à canon, victimes d'un esprit munichois qui enhardit les ennemis de la République.» Opportunisme ?

Lire aussi : «Dysfonctionnements», «échec» : les ministres se réunissent autour de Macron après l'acte 18

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»