Affaire Benalla : l'association Anticor écrit à Gérard Larcher pour que le Sénat saisisse le parquet

Affaire Benalla : l'association Anticor écrit à Gérard Larcher pour que le Sénat saisisse le parquet© PHILIPPE WOJAZER Source: Reuters
Gérard Larcher est le président du Sénat (photo d'illustration).

L'association Anticor annonce avoir «dénombré plusieurs témoignages susceptibles d’être qualifiés de mensongers, dont ceux de Alexis Kohler et de Patrick Strzoda», lors de leurs auditions. Elle appelle le président du Sénat à saisir le parquet.

Le 7 mars, Anticor, association luttant contre la corruption et pour l'éthique en politique, a écrit au président Les Républicains (LR) du Sénat, Gérard Larcher, pour «que le parquet soit saisi des témoignages mensongers entendus» lors des auditions parlementaires concernant l'affaire Benalla. Anticor précise avoir avoir «dénombré plusieurs témoignages susceptibles d’être qualifiés de mensongers, dont ceux de Alexis Kohler [secrétaire général de l'Elysée] et Patrick Strzoda [directeur de cabinet du président Emmanuel Macron].»

Anticor affirme d'ailleurs avoir écrit, le 24 octobre 2018, aux présidents des commissions d’enquête pour leur demander de saisir le parquet de ces faits.

Après avoir essuyé un refus de la présidente de la commission des lois de l'Assemblée nationale, Yaël Braun-Pivet (La République en marche), le président de la commission des lois du Sénat, Phillippe Bas (LR) a, quant à lui, sans avoir répondu favorablement à Anticor, demandé au Bureau du Sénat de saisir le parquet des déclarations d'Alexis Kohler, de Patrick Strzoda et du général Lionel Lavergne (chef du Groupe de sécurité de la présidence de la République, le GSPR).

«Dans ce cadre, Anticor a écrit, le 6 mars 2019, à Gérard Larcher pour appuyer cette demande, notamment au regard de la récente condamnation de Michel Aubier pour les mêmes faits», ajoute l'association. En novembre 2018, la cour d'appel de Paris a effectivement reconnu ce médecin coupable d'avoir menti sous serment en 2015 à une commission sénatoriale.

Dans son argumentation finale adressée à Gérard Larcher, Anticor développe que «l’intérêt des commissions d’enquête est justement que les personnes auditionnées soient obligées de dire la vérité».

Lire aussi : «Dysfonctionnements majeurs», «incompréhensible indulgence» : le Sénat sévit sur l'affaire Benalla

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»