Près de 1 800 condamnations ont été prononcées depuis le début des Gilets jaunes, annonce Philippe

- Avec AFP

Près de 1 800 condamnations ont été prononcées depuis le début des Gilets jaunes, annonce Philippe© Gonzalo Fuentes Source: Reuters
Un Gilet jaune sur une voiture de police le 9 février 2019 (image d'illustration).

Le Premier ministre a fait savoir ce 12 février dans l'hémicycle de l'Assemblée nationale qu'environ 1 800 condamnations avaient été prononcées par la justice à l'encontre de Gilets jaunes depuis le début du mouvement, à la mi-novembre.

La justice a prononcé près de 1 800 condamnations depuis le début du mouvement des Gilets jaunes à la mi-novembre, qui a été accompagné par endroits de violences, a annoncé le Premier ministre Edouard Philippe devant l'Assemblée nationale, ce 12 février. «Depuis le début de ces événements, 1 796 condamnations ont été prononcées par la justice et 1 422 personnes sont encore en attente de jugement», a précisé le chef du gouvernement lors de la séance des questions au gouvernement.

En outre «plus de 1 300 comparutions immédiates ont été organisées et 316 personnes ont été placées sous mandat de dépôt», a-t-il ajouté. Il répondait à une question du chef de file des députés MoDem, Patrick Mignola, sur le rétablissement de l'ordre républicain.

Qui peut dire que cet acte est en quoi que soit l'expression d'une revendication sociale ? En rien. C'est une attaque grave contre ceux que nous sommes.

Edouard Philippe a en outre rappelé que 13 personnes avaient été mises en examen pour les dégradations commises autour et à l'intérieur de l'Arc de Triomphe le 1er décembre dernier, et que cinq autres avaient été mises en examen pour l'incendie le même jour de la préfecture de Haute-Loire, au Puy-en-Velay.

Après la prise à partie de policiers motocyclistes par des Gilets jaunes le 22 décembre sur les Champs-Elysées, il a assuré qu'une personne avait été interpellée le 31 décembre, mise en examen et placée en détention provisoire le 3 janvier.

Le Premier ministre a appelé, «au-delà de la sanction», «l’ensemble du pays à dire son indignation face à la mise en cause de lieux qui symbolisent notre République et notre démocratie [et] à dire son indignation face aux mises en cause des forces de l'ordre [...] qui assurent la sécurité». Il a condamné l'incendie du 9 février d'un véhicule de la mission antiterroriste Sentinelle. «Qui peut dire que cet acte est en quoi que soit l'expression d'une revendication sociale ? En rien. C'est une attaque grave contre ceux que nous sommes. Elle est condamnable», s'est-il exclamé.

Lire aussi : Les black blocs qui ont fait dégénérer l'acte 13 des Gilets jaunes auraient-ils pu être arrêtés ?

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»