«C'est un échec collectif» : le député Matthieu Orphelin quitte le groupe LREM à l'Assemblée

«C'est un échec collectif» : le député Matthieu Orphelin quitte le groupe LREM à l'Assemblée© Philippe Wojazer Source: Reuters
Edouard Philippe, le 13 décembre 2018 à l'Assemblée nationale (image d'illustration).

Au lendemain de l'adoption de la loi anticasseurs à l'Assemblée, vote marqué par l'abstention de 50 élus marcheurs, un député LREM a annoncé quitter son groupe politique dans l'hémicycle, ne manquant pas de revenir sur le grand débat national.

«C'est un échec collectif», a déploré le député LREM de la 1e circonscription du Maine-et-Loire, Matthieu Orphelin, dans un mail interne rédigé ce 6 février pour annoncer sa démission du groupe LREM à l'Assemblée nationale : «une décision lourde de sens, qui sera effective dans quelques jours», précise-t-il dès le début de son texte.

Pointant «l’écart qu’il [...] reste à combler pour être à la hauteur des enjeux climatiques, écologiques et sociaux», l'ancien porte-parole de la Fondation Hulot regrette que le parti présidentiel ne soit «au bon rythme sur aucun des grands chantiers de la transition», ajoutant : «Plus grave, nous ne nous donnons plus les moyens d’y être, ni de tenir nos engagements, prisonniers de logiques budgétaires et d’arbitrages politiques de court terme.»

Dans sa lettre, le député est revenu sur le grand débat national, émettant une suggestion à sa future ex-famille politique. En effet, Matthieu Orphelin a souhaité alerter «le gouvernement et la majorité» sur le fait que «seules des décisions historiques, en particulier sur la justice fiscale ou l’accompagnement dans la transition écologique, permettront que [le grand débat national] apaise durablement le pays».

L'élu du Maine-et-Loire a fait cette annonce au lendemain d'une abstention record chez les députés marcheurs alors que ceux-ci étaient amenés, le 5 février, à se prononcer sur la proposition de loi anticasseurs du gouvernement. Le texte a finalement été adopté à l'Assemblée nationale, mais ce vote est comme un grain de sable symbolique dans la machine bien huilée de la majorité. 

Avant lui, plusieurs députés marcheurs avaient déjà quitté le groupe LREM à l'Assemblée nationale. Dernier en date, le représentant à l'Assemblée nationale des Français de Suisse et du Liechtenstein Joachim Son-Forget, le 29 décembre 2018.

Lire aussi : Abstention record chez les marcheurs sur la loi anticasseurs : vent de fronde chez LREM ?

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter