Traité franco-allemand : Marine Le Pen et Dupont-Aignan souhaitent saisir le Conseil constitutionnel

Traité franco-allemand : Marine Le Pen et Dupont-Aignan souhaitent saisir le Conseil constitutionnel© Charles Platiau Source: Reuters
Marine Le Pen et Nicolas Dupont-Aignan, assistent à une conférence de presse à Paris, avant le second tour de l’élection présidentielle, le 29 avril 2017 (image d'illustration).

Le traité franco-allemand fera-t-il l'objet d’une saisine auprès du Conseil constitutionnel ? C’est en tout cas le souhait de Marine Le Pen et Nicolas Dupont-Aignan, qui accusent le texte de violer la souveraineté de la France.

Marine Le Pen et Nicolas Dupont-Aignan, fermement opposés au traité franco-allemand signé ce 22 janvier à Aix-la-Chapelle, en Allemagne, ne désarment pas. Estimant que le texte viole la Constitution française, les deux responsables politiques ont formulé leur souhait de voir le texte faire l'objet d'un contrôle de constitutionnalité. Cette procédure vise à «assurer la conformité des normes de droit à la Constitution, norme juridique suprême d'un État».

Lire aussi : «Macron démission», «Merkel doit partir» : huées pour les deux dirigeants à Aix-la-Chapelle (VIDEO)

«Le Conseil constitutionnel doit être saisi», a tweeté la présidente du Rassemblement national en citant la tribune d'un professeur de droit public publiée le 21 janvier par Le Figaro plaidant pour cette saisine. Olivier Gohin, professeur à la faculté de droit de l'université Paris II-Panthéon-Assas, avait plus tôt décrié le nouveau traité. Pour lui, le fait que la France puisse «être représentée par des politiques ou des diplomates allemands» au Conseil de sécurité de l'ONU constituerait «une atteinte à la souveraineté nationale». 

Face à ces accusations, l'Elysée a démenti que le partage avec l'Allemagne du siège de la France au Conseil de sécurité de l'ONU figure dans le traité. Le gouvernement français fait valoir que Paris plaide simplement pour que l'Allemagne obtienne son propre siège à l'ONU. En Allemagne, pourtant, l'idée d'un siège commun avait déjà été évoquée par certaines personnalités.

Nicolas Dupont-Aignan, leader de Debout la France, a pour sa part déclaré ce 22 janvier au Figaro être lui aussi favorable à la saisine du Conseil constitutionnel. Il a également partagé la tribune de l’universitaire. «Ni le Conseil constitutionnel, ni les Français, ni le Parlement ne sont consultés», s’est-il insurgé sur le même réseau social.

Ce traité dit «de coopération et d'intégration franco-allemand» vient «compléter» celui dit «de l'Elysée» signé en 1963 entre le général de Gaulle et Konrad Adenauer, qui concrétisa la réconciliation franco-allemande après-guerre. Au programme : convergence des politiques économique, étrangère et de défense des deux pays, coopération sur les régions transfrontalières, et création d'une «assemblée parlementaire commune» composée de 100 députés français et allemands.

Lire aussi : Aix-la-Chapelle : Macron signe avec Merkel un traité franco-allemand décrié par l'opposition

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»