Christophe Castaner ne connaît «aucun policier qui ait attaqué des Gilets jaunes» (VIDEO)

Christophe Castaner ne connaît «aucun policier qui ait attaqué des Gilets jaunes» (VIDEO)© LUDOVIC MARIN / AFP
Acte 9 des Gilets jaunes le 12 janvier 2019 à Paris (image d'illustration).

Le bilan du mouvement des Gilets jaunes se chiffre côté manifestants à près de 2 000 blessés, dont 93 graves. L'IGPN a été saisie de 78 dossiers. Pourtant, le ministre de l'Intérieur, de passage à Carcassonne, a nié tout cas de violence policière.

«Moi, je ne connais aucun policier, aucun gendarme, qui ait attaqué des Gilets jaunes», a déclaré le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner, le 14 janvier, lors d'un déplacement à la préfecture de l'Aude, à Carcassonneoù il était venu remettre des décorations et présenter ses vœux aux fonctionnaires et aux forces de l'ordre.

Lire aussi : Des Gilets jaunes tentent de perturber la venue de Christophe Castaner à Carcassonne (VIDEO)

Le premier flic de France répondait à la question d'un journaliste qui lui demandait, après qu'il eut promis de punir sévèrement les casseurs s'attaquant «à la République», si les violences policières dénoncées par les Gilets jaunes resteraient, elles, «impunies».

Après avoir nié qu'un quelconque cas d'abus des forces de l'ordre ait pu survenir depuis le début du mouvement, Christophe Castaner a poursuivi : «Par contre, je connais des policiers et des gendarmes qui utilisent des moyens de défense, de défense de la République, de l'ordre public.» Et de poursuivre : «Quand [les forces de l'ordre] sont acculées, elles utilisent des moyens. Mais naturellement, je n'ai jamais vu un policier ou gendarme attaquer un manifestant ou attaquer un journaliste. A l'inverse j'ai vu des manifestants attaquer systématiquement nos forces de sécurité et attaquer aussi des journalistes.»

A de nombreuses reprises, le ministre de l'Intérieur a dénoncé les cas de violences contre les forces de l'ordre. Il n'a en revanche toujours pas eu de mots de soutien pour les 93 mutilés et blessés graves survenus depuis le début du mouvement le 17 novembre. En dehors de ces blessures lourdes, la place Beauvau faisait état, avant l'acte 9 du mouvement le 12 janvier, d'un bilan de 1 700 blessés parmi les manifestants contre environ un millier chez les forces de l'ordre.

Comme l'expliquait Eric Morvan, le patron de la Direction générale de la police nationale, sur France Inter le 11 janvier, l'inspection générale de la police nationale (IGPN) a été saisie de 78 dossiers liés à des violences policières lors de rassemblements des Gilets jaunes. Environ 200 signalements ont été transmis, mais aucun membre des forces de l'ordre n'a pour l'heure été suspendu.

Après chaque acte du mouvement des Gilets jaunes, des dizaines de vidéos montrant des épisodes de violences sont apparues sur les réseaux sociaux. Parmi ceux-ci, le cas du commandant décoré de la Légion d'Honneur Didier Andrieux, filmé lors d'une manifestation à Toulon en train de frapper au visage plusieurs individus. Plus récemment, l'IGPN a été saisie après que des membres des forces de l'ordre ont touché à la tête un Gilet jaune qui courait, à Bordeaux, en effectuant un tir de lanceur de balles de défense (LBD40). Le manifestant a été plongé dans le coma, après avoir été opéré pour une hémorragie cérébrale.

Lire aussi : Au moins 93 blessés graves depuis le début du mouvement des Gilets jaunes, 13 personnes éborgnées

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter