Gilets jaunes «complices» des casseurs? Un député insoumis dépose plainte contre Christophe Castaner

Gilets jaunes «complices» des casseurs? Un député insoumis dépose plainte contre Christophe Castaner© JACQUES DEMARTHON Source: AFP
Le député de la France insoumise Ugo Bernalicis lors d'une séance à l'Assemblée nationale, le 6 février 2018.

Le député Insoumis Ugo Bernalicis a annoncé dans une vidéo ce 14 janvier qu’il entendait déposer plainte contre Christophe Castaner. L’élu du Nord reproche au locataire de la place Beauvau d’avoir remis en cause le droit de manifester.  

Dans une vidéo publiée ce 14 janvier, le député de la France insoumise Ugo Bernalicis a fait savoir qu’il allait porter plainte contre le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner auprès du procureur général de la Cour de cassation François Molins, habilité à saisir la Cour de Justice de la République. Dans une précédente vidéo, l’élu du Nord avait déjà évoqué la possibilité d’une telle procédure à l’encontre du patron de la place Beauvau.

Ce dernier se voit reprocher ses propos prononcés la veille de l’acte 9 des Gilets jaunes : «Demain [12 janvier], je le dis, ceux qui viennent manifester dans des villes où il y a de la casse qui est annoncée, savent qu’ils seront complices de ces manifestations-là», avait-il déclaré au cours d’une interview accordée au média Brut.

«C'est très dangereux, il invente un concept de complicité sachant que cela fait peser une menace sur ceux qui souhaitent se mobiliser parce qu'ils peuvent être interpellés, mis en garde à vue et passer devant la justice en comparution immédiate. Ce qui est arrivé à beaucoup de manifestants pacifiques», affirme Ugo Bernalicis face caméra.

«Je ne souhaite pas que ces propos, ainsi que ces actes restent sans suite», explique-t-il après avoir évoqué l'arrestation à Nancy de maître François Vallas. L'homme de loi avait été placé quelques heures en garde vue pour provocation à la rébellion au cours d'un rassemblement de Gilets jaunes. Selon la police, le magistrat avait incité les protestataires à rompre le cordon de sécurité de CRS qui les entouraient. Ugo Bernalicis achève son intervention en invitant les internautes à soutenir son initiative sur son blog

SelonL'Express, qui affirme disposer des chiffres émanant du ministère de la Justice, entre le début du mouvement des Gilets jaunes le 17 novembre et le 6 janvier (lendemain de l'acte 8), 5 339 personnes ont été placées en garde à vue. Ces dernières ont abouti à 815 jugements en comparution immédiate et à 152 mandats de dépôt, un acte juridique qui permet de détenir une personne en prison.  

Lire aussi : Des manifestants «complices» des casseurs : l'avertissement de Christophe Castaner aux Gilets jaunes

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter