«Qu'ils se servent de leurs armes une bonne fois» : le conseil de Luc Ferry aux forces de l'ordre

«Qu'ils se servent de leurs armes une bonne fois» : le conseil de Luc Ferry aux forces de l'ordre© JEAN-PIERRE CLATOT / AFP
Luc Ferry, en 2008.

Les violences de l'acte 8 des Gilets jaunes continuent d'agiter la sphère médiatique. Parmi les commentateurs, l'ex-ministre chiraquien Luc Ferry a livré le fond de sa pensée à leur sujet : que les forces de l'ordre aient recours à leurs armes.

Ancien ministre sous le deuxième mandat de Jacques Chirac, Luc Ferry a quelque peu perdu son calme au micro de Radio Classique ce 8 janvier. Réagissant aux violences de l'acte 8 des Gilets jaunes, notamment à l'encontre de deux gendarmes mobiles sur un pont à Paris, l'intellectuel a peu ou prou appelé les forces de l'ordre à répliquer de manière possiblement létale.

Qu'ils se servent de leurs armes une bonne fois, ça suffit !

«Ce que je ne comprends pas, c'est que l'on ne donne pas les moyens aux policiers de mettre fin aux violences», a-t-il fait valoir. «Mais parce qu'il y a un risque», objecte alors un journaliste. «Franchement, quand on voit des types qui tabassent à coup de pieds un malheureux policier qui est par terre, voilà....», a-t-il commencé. Et de lâcher finalement : «Qu'ils se servent de leurs armes une bonne fois, ça suffit !»

L'acte 8 de la mobilisation des Gilets jaunes, le 5 janvier, a été émaillé de plusieurs violences, tant de la part de manifestants que de celle des membres des forces de l'ordre.

Visage découvert et bonnet noir sur la tête, l'ancien champion de boxe Christophe Dettinger avait notamment été filmé en train de faire reculer un cordon de gendarmes mobiles à coups de poings, le 5 janvier, alors que la situation avait viré à la confrontation entre forces de l'ordre et manifestants sur un pont parisien. Dans une autre vidéo, on le voyait également donner des coups de pieds au sol à un autre gendarme.

Autre événement spectaculaire lors de ce même acte 8, le secrétaire d'Etat et porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux, qui se trouvait dans ses bureaux de la rue de Grenelle, a dû être exfiltré du bâtiment, plusieurs manifestant ayant enfoncé le portail au moyen d'un chariot élévateur.

Les forces de l'ordre ont également été mises en cause pour des violences filmées dans plusieurs vidéos diffusées sur les réseaux sociaux.

Lire aussi : Couverture médiatique des Gilets Jaunes : le CSA réunit les chaînes d'information, dont RT France

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»