«Taper pour faire mal, voire pour tuer» : un gendarme violenté à Paris témoigne sur BFM TV

«Taper pour faire mal, voire pour tuer» : un gendarme violenté à Paris témoigne sur BFM TV© REUTERS/Gonzalo Fuentes/File Photo
Affrontements à Paris lors de la manifestation des Gilets jaunes du 5 janvier à Paris.

Un gendarme mobile qui a été roué de coups, notamment par un ancien boxeur, au cours d'affrontements à Paris lors de l'acte 8 des Gilets jaunes témoigne de la violence des affrontements dans la capitale.

Cédric, gendarme mobile déployé à Paris lors de l'acte 8 des Gilets jaunes le 5 janvier, a témoigné au micro de BFM TV. Il a été blessé au cours de violents affrontements survenus notamment sur la passerelle Léopold-Sédar-Senghor. Dans des images de ces scènes de violences, on voyait notamment un ancien boxeur, qui s'est depuis rendu à la police, asséner des coups de poings à un gendarme mobile protégé par un bouclier et un casque. Dans une autre vidéo, le même boxeur était filmé, avec d'autres, en train de donner des coups de pieds à un agent à terre.

Lire aussi : Gilets jaunes : l'ex-boxeur qui s'en était pris à des gendarmes à Paris placé en garde à vue

«On avait pour but de maintenir les manifestants d'un côté [du pont]», raconte le gendarme, ajoutant : «Au bout d'un moment c'est monté en pression, il y a eu des jets de projectiles [...] pierres, bombes agricoles.»

Auteur: RT France

Après avoir été poussé par des centaines de personnes, selon son témoignage, Cédric rapporte : «Il y a un manifestant qui est arrivé par derrière, m'a projeté de là et à partir de là plusieurs m'ont roué de coups, dont la personne qui m'a jeté au sol, le fameux boxeur.» Il ajoute : «Et c'était taper pour vraiment faire mal, voire tuer s'il pouvait.»

Le témoignage des deux gendarmes agressés sur la passerelle

Le 7 janvier, l'ex-boxeur s'est présenté de lui-même à la police, après avoir enregistré une vidéo sur Facebook dans laquelle il a reconnu avoir «mal agi» et a appelé les Gilets jaunes à «continuer le combat [...] pacifiquement». Il a été placé en garde à vue. Le gendarme mobile frappé au sol est sorti de l'hôpital avec 15 jours d'ITT.

Lire aussi : Officier de police frappant des manifestants à Toulon : le préfet du Var a saisi l'IGPN

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter