«Taper pour faire mal, voire pour tuer» : un gendarme violenté à Paris témoigne sur BFM TV

«Taper pour faire mal, voire pour tuer» : un gendarme violenté à Paris témoigne sur BFM TV© REUTERS/Gonzalo Fuentes/File Photo
Affrontements à Paris lors de la manifestation des Gilets jaunes du 5 janvier à Paris.

Un gendarme mobile qui a été roué de coups, notamment par un ancien boxeur, au cours d'affrontements à Paris lors de l'acte 8 des Gilets jaunes témoigne de la violence des affrontements dans la capitale.

Cédric, gendarme mobile déployé à Paris lors de l'acte 8 des Gilets jaunes le 5 janvier, a témoigné au micro de BFM TV. Il a été blessé au cours de violents affrontements survenus notamment sur la passerelle Léopold-Sédar-Senghor. Dans des images de ces scènes de violences, on voyait notamment un ancien boxeur, qui s'est depuis rendu à la police, asséner des coups de poings à un gendarme mobile protégé par un bouclier et un casque. Dans une autre vidéo, le même boxeur était filmé, avec d'autres, en train de donner des coups de pieds à un agent à terre.

Lire aussi : Gilets jaunes : l'ex-boxeur qui s'en était pris à des gendarmes à Paris placé en garde à vue

«On avait pour but de maintenir les manifestants d'un côté [du pont]», raconte le gendarme, ajoutant : «Au bout d'un moment c'est monté en pression, il y a eu des jets de projectiles [...] pierres, bombes agricoles.»

Auteur: RT France

Après avoir été poussé par des centaines de personnes, selon son témoignage, Cédric rapporte : «Il y a un manifestant qui est arrivé par derrière, m'a projeté de là et à partir de là plusieurs m'ont roué de coups, dont la personne qui m'a jeté au sol, le fameux boxeur.» Il ajoute : «Et c'était taper pour vraiment faire mal, voire tuer s'il pouvait.»

Le témoignage des deux gendarmes agressés sur la passerelle

Le 7 janvier, l'ex-boxeur s'est présenté de lui-même à la police, après avoir enregistré une vidéo sur Facebook dans laquelle il a reconnu avoir «mal agi» et a appelé les Gilets jaunes à «continuer le combat [...] pacifiquement». Il a été placé en garde à vue. Le gendarme mobile frappé au sol est sorti de l'hôpital avec 15 jours d'ITT.

Lire aussi : Officier de police frappant des manifestants à Toulon : le préfet du Var a saisi l'IGPN

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»