«J'ai un peu le cœur jaune» : Benalla consulté par Macron sur la crise des Gilets jaunes ?

«J'ai un peu le cœur jaune» : Benalla consulté par Macron sur la crise des Gilets jaunes ?© Piroschka van de Wouw Source: Reuters
Un manifestant participe à la marche des Gilets jaunes à Paris le 8 décembre 2018 (image d'illustration).

Interviewé par Mediapart, l'ancien collaborateur de l'Elysée dit entretenir des contacts avec Emmanuel Macron qui lui demanderait conseil sur divers dossiers. Alexandre Benalla livre également des détails sur l'usage de son passeport diplomatique.

Dans une interview à Mediapart publiée le 31 décembre, Alexandre Benalla a affirmé avoir continué à échanger régulièrement avec Emmanuel Macron via la messagerie cryptée Telegram, et ce encore longtemps après son licenciement de l'Elysée au mois de juillet 2018. Dans un courrier à Patrick Strzoda, dont l'AFP avait obtenu une copie le 28 décembre, l'ancien conseiller de la présidence avait déjà déclaré entretenir des «échanges réguliers» avec «certains membres de la présidence». Pourtant, la présidence avait assuré ne plus entretenir aucun contact avec l'ancien chargé de mission. Pour sa part, le palais de l'Elysée a accusé Alexandre Benalla d'entretenir «tout un faisceau de contrevérités et d'approximations» et a estimé auprès de l'AFP que ce dernier «se venge de son licenciement pour faute grave».

Le ministère des Affaires étrangères a également dénoncé des propos «faux» et «fantaisistes» d'Alexandre Benalla. Le Quai d'Orsay a également affirmé que ce dernier n'avait «bénéficié d'aucune indulgence particulière» de sa part et que «plusieurs démarches» ont été effectuées par le ministère pour obtenir la restitution des passeports diplomatiques de l'ex-collaborateur du président Emmanuel Macron dès le 8 novembre.

Un homme de conseil ?

Quel rôle Alexandre Benalla a-t-il joué avant et après l'affaire ? L'ancien homme de confiance d'Emmanuel Macron assure en tout cas avoir livré ses conseils au chef d'Etat, notamment sur la crise des Gilets jaunes et affirme détenir des preuves de ces conversations. «Ça va être très dur de le démentir parce que tous ces échanges sont sur mon téléphone portable. Nous échangeons sur des thématiques diverses. C’est souvent sur le mode "comment tu vois les choses ?" Cela peut aussi bien concerner les Gilets jaunes, des considérations sur untel ou sur untel ou sur des questions de sécurité», explique l'ancien collaborateur du président de la République. A propos du mouvement, il lâche d'ailleurs : «J'ai un peu le cœur jaune.» Et Mediapart de préciser : «L’intéressé dit d’ailleurs avoir été consulté par Emmanuel Macron sur cette crise sociale durant le mois de décembre.»

Ces échanges avec Emmanuel Macron auraient eu lieu jusqu'aux récentes révélations du média en ligne sur l'utilisation par Alexandre Benalla d'un passeport diplomatique pour des voyages d'affaires en Afrique. «Là, le lien est coupé», explique-t-il. Après ces révélations, le ministère des Affaires étrangères a déclaré avoir saisi le procureur de la République qui a ouvert une enquête pour «usage sans droit» de passeports diplomatiques.

J'ai un peu le cœur jaune

Alexandre Benalla, qui a récemment effectué plusieurs voyages en Afrique (où il a notamment rencontré le dirigeant du Tchad Idriss Deby), et en Israël, affirme également avoir toujours rendu compte au président ou à son entourage de ses faits et gestes : «J'explique que j’ai vu telle personne, je détaille les propos qui m’ont été rapportés et de quelle nature ils sont. Après, ils en font ce qu’ils veulent. Y compris le président de la République, qui est informé en direct.»

Le Palais présidentiel avait pourtant insisté le 25 décembre sur le fait qu'Alexandre Benalla n'était «pas un émissaire officiel ou officieux» de la présidence.

L'ancien homme de confiance continue pourtant de tendre la main et de donner son avis : «Je suis un élément extérieur qui veut du bien au mec [Emmanuel Macron] qui lui a fait confiance [...] J’aurais pu claquer la porte et passer à autre chose. Mais on continue à me solliciter, alors je continue à répondre [...] Cela dérange un certain nombre de personnes, qui sont puissantes et qui font comme si le président était sous curatelle. Ils lui font faire des conneries phénoménales.»

Des passeports diplomatiques dans les cartons

Alexandre Benalla détaille aussi les conditions dans lesquelles ses effets personnels lui ont été rendus... en même temps que ses fameux passeports diplomatiques : «Je rends une partie de mes effets personnels à la suite d’un mail que j’ai reçu du général Bio-Farina [commandant militaire de l’Elysée] autour du 30 juillet, qui me demande de prendre contact avec son adjoint, un commandant. À la fin du mois d’août, je dépose tout, dont les passeports diplo. Comment peuvent-ils dire que cela n’a pas existé ? Au mois de septembre, on m’appelle pour me dire "Alex, on a encore un carton à toi avec des affaires, il faudrait que tu les récupères". Quand je me rends à l’angle de l’avenue Gabriel et de la rue de l’Elysée pour récupérer ces effets début octobre, il y a dans un sac plastique un chéquier, des clés et… les passeports diplomatiques.»

Lorsque Mediapart lui demande pourquoi cette restitution a-t-elle eu lieu dans la rue, Alexandre Benalla répond : «Parce que je suis comme un pestiféré.» L'intéressé assure par ailleurs que le salarié de l'Elysée qui lui a restitué les passeports lui aurait également conseillé : «Tu ne fais pas de bêtises avec.» Pourtant l'ancien conseiller s'étonne : «La personne qui me les rend le fait sur instruction. Qui peut donner l’instruction ? A minima le directeur de cabinet du président, ou au mieux le secrétaire général de l’Elysée.» Mediapart va plus loin : «Le président lui-même ?» Mais l'ancien conseiller esquive : «Ça, faudra leur demander.»

Quand je récupère ces effets début octobre, il y a dans un sac plastique un chéquier, des clés et… les passeports diplomatiques

Quoiqu'il en soit, Alexandre Benalla a dû y voir une invitation à les utiliser : «Si on ne veut pas que j’utilise ces passeports, il n’y a qu’à les désactiver et les inscrire à des fichiers.» Et de préciser qu'il les a utilisés pour entrer dans «une dizaine de pays» depuis l'automne : «Quand vous voyagez à l’étranger avec un passeport diplomatique, l’ambassade de France est au courant que vous arrivez.»

Fait étonnant, l'Elysée a démenti ce 31 décembre avoir remis ses passeports à Alexandre Benalla.

Lire aussi : Révélations de Mediapart : Benalla voyagerait depuis plusieurs mois avec un passeport diplomatique

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»