Traverser l'Atlantique en tonneau : l'étonnant défi d'un septuagénaire français

Traverser l'Atlantique en tonneau : l'étonnant défi d'un septuagénaire français© @Reuters Source: Reuters
Jean-Jacques Savin sur son tonneau, à l'assaut de l'Atlantique.

Le Français Jean-Jacques Savin a entrepris une traversée de l'Atlantique dans une bien singulière embarcation : il s'est enfermé dans un tonneau hermétique. Il compte gagner les Caraïbes en trois mois par la seule force des courants.

Un Français de 71 ans, Jean-Jacques Savin, a pris la mer le 26 décembre pour traverser l’Atlantique. A cet effet, il a embarqué dans un tonneau spécialement aménagé pour lui permettre de naviguer durant deux mois et demi ou trois mois.

Parti de l'île des Canaries El Hierro, le navigateur souhaite rallier les Caraïbes. Ou «peut-être les Barbades, mais j'aimerais bien une île française comme la Martinique ou la Guadeloupe. Ce serait plus facile pour les papiers, et pour ramener le tonneau», a t-il révélé à l'AFP. Le 27 décembre, il a envoyé un message pour préciser ses coordonnées GPS (à suivre ici) et envoyer une photo : la première journée de navigation s'est déroulée sans encombres. 

Cet aventurier dans l'âme et grand sportif a un passé de militaire parachutiste, de pilote privé et de gardien de parc national en Afrique. Second au championnats de France de triathlon en 2017, il a également gravi le Mont Blanc en 2015. Après plusieurs traversées de l'Atlantique en voilier il s'est lancé de nouveaux défis à l'âge de la retraite. 

Il a fait concevoir sur le petit chantier naval d'Arès, dans le bassin d'Arcachon (Gironde), un tonneau de trois mètres de long sur 2,10 de large, aux façades biseautés. Cette embarcation pimpante, qui ressemble à une capsule spatiale, navigue uniquement à l'aide des vents et des courants. Dans les six m2 de surface habitable sont prévus un coin couchette, un coin cuisine et une surface de stockage.

Le tonneau a été réalisé en contre-plaqué époxy, matériau censé résister à l’assaut des déferlantes... et d'éventuelles orques. Jean-Jacques Savin a exprimé le désir d'effectuer une «traversée où l'homme ne serait pas capitaine de son bateau, mais passager de l'Océan».

«J'ai un temps formidable avec une houle d'un mètre et je me déplace à 2 ou 3 km/h. Pour l'instant, ma capsule se comporte très, très bien et j'ai des vents favorables annoncés jusqu'à dimanche», a informé le septuagénaire qui fêtera son 72e anniversaire à bord le 14 janvier, avec foie gras et vin blanc. 

Le navigateur farfelu a pu rassembler les fonds nécessaires pour son périple et la conception de son embarcation grâce à une collecte participative sur Facebook et l'apport de quelques parrains. Son périple a également des visées scientifiques puisqu'il larguera des balises pour une organisation internationale qui observe les océans afin d'étudier les courants. Le vin qu'il emportera fera lui-même l'objet d'expériences. 

Lire aussi : Chittagong, le plus grand cimetière de bateaux

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»