Chittagong, le plus grand cimetière de bateaux

RT part à la découvrte des chantiers navals de Chittagong, au Bangladesh. La démolition et la revente des pièces de navires rapportent gros, mais le prix humain d'une telle entreprise est aussi élevé.

Le Bangladesh ne disposant pas de gisement métallifère, les chantiers de démolition de navires de Chittagong, la deuxième plus grande ville du pays, rapportent gros à leurs propriétaires. Néanmoins, les ouvriers n'en tirent quasiment aucun bénéfice. Leurs salaires sont à peine suffisants pour joindre les deux bouts, aucune réglementation en matière de santé ou de sécurité n’existe. Les accidents sont fréquents et les cas mortels ne sont pas rares.

Découvrir plus de documentaires

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»