«Il ne sort plus sans se maquiller tellement il est marqué» : Macron ébranlé par les Gilets jaunes

«Il ne sort plus sans se maquiller tellement il est marqué» : Macron ébranlé par les Gilets jaunes© Ludovic MARIN Source: AFP
Emmanuel Macron (image d'illustration).

Huées, insultes, exfiltrations d'urgence ou encore annulations d’événements : plus d'un an et demi après son arrivée à l'Elysée, le chef d'Etat français voit son quotidien bousculé par l'émergence du mouvement citoyen des Gilets jaunes.

Ce 22 décembre, le quotidien Le Monde a publié un article décrivant «la vie à huis clos d’Emmanuel Macron» depuis le déclenchement du mouvement des Gilets jaunes. Décrivant les tribulations d'un chef d'Etat en mal de popularité, le journal du soir livre de nombreux témoignages de son entourage.

Entre autres propos rapportés par le quotidien, ceux de Sylvain Fort, chargé de communication de la présidence de la République, arrivé à l’Elysée après l'affaire Benalla, ne manquent pas de frapper. En effet, le communicant ne cache pas ses craintes quant à la défiance grandissante des Français vis à vis de leur président, une «défiance transformée en sécession», affirme-t-il.

Il ne sort plus sans se maquiller tellement il est marqué. Il se maquille même les mains.

Face à ce qui s'apparente à une hostilité croissante, Emmanuel Macron tenterait-il de sauver l'apparence ? C'est du moins ce que laisse entendre un député du parti présidentiel cité par Le Monde, l'élu affirmant : «Il ne sort plus sans se maquiller tellement il est marqué. Il se maquille même les mains».

Huées à répétition, pluies d'insultes... Lors de ses récents déplacements, Emmanuel Macron a régulièrement fait face à l'antipathie des citoyens qu'il a rencontrés. Alors qu'il s'est souvent démarqué par une volonté d'aller au contact des foules, même les plus hostiles, le président de la République semble aujourd'hui les redouter, voire les éviter. Le Monde n'hésite ainsi pas à rappeler les récentes exfiltrations d'urgence du président de la République, comme celle qui a eu lieu au Puy-en-Velay.

Dans la crise politique qui s'est ouverte il y a plusieurs semaine, la personne d'Emmanuel Macron semble faire l'objet d'une colère particulière, au-delà de sa politique ou de sa fonction. Le 21 décembre, des Gilets jaunes ont simulé un procès du président de la République, à l'issue duquel ils ont décapité un pantin le représentant. Le procureur de la République en Charente a annoncé avoir ouvert une enquête «pour provocation au crime et outrage», confiant celle-ci au commissariat de police d’Angoulême.

Lire aussi : Effigie de Macron décapitée : enquête ouverte pour «provocation au crime et outrage»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»