Gilets jaunes : venu «éteindre l'incendie» au Puy-en-Velay, Macron repart sous les huées (VIDEO)

Gilets jaunes : venu «éteindre l'incendie» au Puy-en-Velay, Macron repart sous les huées (VIDEO)© Ludovic MARIN / AFP
Emmanuel Macron participe à une réunion bilatérale avec le Premier ministre indien Narendra Modi lors de la deuxième journée du sommet des dirigeants du G20 à Buenos Aires, le 1er décembre 2018.

Le chef de l’Etat s’est déplacé ce 4 décembre au Puy-en-Velay pour constater les dégâts causés par l'incendie de la préfecture survenu lors de la mobilisation des Gilets jaunes du 1er décembre. Un passage éclair effectué sous les huées.

Marquée par des invectives telles que «Tous pourris !», ou encore «Macron, démission !», la visite éclair d’Emmanuel Macron au Puy-en-Velay s’est déroulée dans une ambiance électrique ce 4 décembre. Le chef de l’Etat était venu constater les dégâts provoqués par l’incendie ayant frappé la préfecture en marge d'un rassemblement de Gilets jaunes le 1er décembre

Après avoir salué et apporté son soutien aux agents, Emmanuel Macron a regagné son véhicule sous les huées et les insultes émanant de protestataires regroupés à proximité de la grille de la préfecture. Ces derniers n’avaient pas revêtu de gilets jaunes.

Auteur: France 3-Auvergne-Rhône-Alpes

Une communication présidentielle mise à mal

Critiqué pour avoir tardé à réagir face à la colère des Gilets jaunes, et aux incidents qui ont eu lieu parallèlement, Emmanuel Macron entendait bien se remettre en selle en montant au créneau contre les violences commises en marge des dernières mobilisations nationales.

Pour autant, cette opération de communication n’a pas eu les effets escomptés pour l’exécutif, à quelques jours d'une nouvelle manifestation des Gilets jaunes qui devrait avoir lieu le 8 décembre.

Avant la visite mouvementée au Puy-en-Velay, Emmanuel Macron a déjà essuyé, devant les objectifs des caméras, la colère de ses opposants. Le 2 décembre, au lendemain de la mobilisation nationale des Gilets jaunes du 1er décembre, il avait en effet été accueilli par plusieurs dizaines de Gilets jaunes aux cris de «Macron, démission !» après son passage à l’Arc de Triomphe, alors qu’il venait rendre hommage à l’action des forces de l’ordre.

Lire aussi : Pour le gouvernement, les Gilets jaunes «insultent la République» en s'attaquant à ses symboles

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter