Strasbourg : pourquoi les médias s'intéressent-ils tant au «complotisme» des Gilets jaunes ?

Strasbourg : pourquoi les médias s'intéressent-ils tant au «complotisme» des Gilets jaunes ?© Philippe Wojazer Source: Reuters
Des Gilets jaunes devant l'allocution d'Emmanuel Macron, le 10 décembre (image d'illustration).

L'apparition de «théories du complot» chez les Gilets jaunes après l'attaque de Strasbourg a attiré l'attention de nombreux médias. Le conspirationnisme n'est pourtant pas un phénomène nouveau. Que révèle cet engouement soudain des journalistes ?

Au lendemain de l'attaque meurtrière perpétrée à Strasbourg et alors que Chérif Chekatt est toujours recherché par les forces de l'ordre, la question des «théories du complot» diffusées principalement sur les réseaux sociaux n'a pas tardé à refaire surface dans les médias. Plusieurs internautes n'hésitent pas en effet à voir, derrière l'attaque meurtrière survenue en pleine agitation médiatique autour des Gilets jaunes, la main d'autorités qui tenteraient, selon eux, de faire diversion. 

Strasbourg : pourquoi les médias s'intéressent-ils tant au «complotisme» des Gilets jaunes ?

Sur Facebook, dans des groupes de Gilets jaunes, ces messages se sont multipliés au cours de la soirée et le lendemain de l'attaque. Dans des styles très différents, ils reprennent tous la même argumentation : le timing de l'attaque serait trop parfait pour être fortuit. Certains émettent des doutes, d'autres n'hésitent pas à pointer du doigt «les services secrets» ou «le gouvernement».

Strasbourg : pourquoi les médias s'intéressent-ils tant au «complotisme» des Gilets jaunes ?

L'une des figures médiatiques des Gilets jaunes, Maxime Nicolle, surnommé «Fly Rider», a également publié une vidéo peu de temps après l'attaque, dans laquelle il s'interrogeait : «Pour l’instant, personne ne sait rien. Et si c’est un attentat, dites-vous bien que le mec qui veut faire un attentat vraiment, il n’attend pas qu’il y ait trois personnes dans la rue le soir à 20h.»

L'heure de gloire du conspirationnisme ?

Ces propos, qui vont de la simple interrogation à l'accusation la plus convaincue, ne sont étayés par aucun élément concret. Il semble d'ailleurs quelque peu excessif de les qualifier de «théories». Et pourtant, ils se sont très rapidement retrouvés au cœur de l'actualité, notamment sur les chaînes d'information en continu. En effet, à peine la nouvelle de l'attaque parvenue dans les rédactions, nombre de médias se sont fait l'écho du «conspirationnisme» fleurissant sur les comptes sur les réseaux sociaux, et notamment dans des groupes de Gilets jaunes.

Pourquoi offrir une telle médiatisation à des messages presque exclusivement diffusés ou relayés par des anonymes ? Sur les réseaux sociaux, après chaque attaque de ce type, on trouve depuis bien longtemps et de manière systématique de très nombreuses publications complotistes en tout genre. Mais ils n'avaient jusque là jamais été traités comme un élément d'information à part entière dans la séquence médiatique consécutive à un attentat – au même titre, par exemple, que l'identité de l'assaillant, la réaction de l'Elysée ou l'interview d'un témoin. Même le ministre de l'Education nationale Jean-Michel Blanquer a tenu à réagir, dénonçant le 12 décembre sur RTL des thèses «ignobles».

Par un étonnant paradoxe, à l'ère de la lutte contre les «fake news» et de la défiance généralisée à l'égard des médias, ces «théories du complot» ont ainsi réussi à se frayer un chemin jusque sur les plateaux télévisés des chaînes d'information, dans les colonnes des grands quotidiens et dans les discours des ministres. Par nécessité de stopper leur propagation ? L'écrasante majorité d'entre elles sont pourtant totalement insignifiantes (à peine quelques dizaines de partages ou de commentaires pour la plupart) et leur médiatisation aura sans doute davantage contribué à les faire connaître qu'à convaincre ceux qui y adhèrent déjà et qui sont, par définition, peu enclins à croire Jean-Michel Blanquer et les journalistes...

Quand les médias s'intéressent aux Gilets jaunes

Y aurait-il alors chez certains journalistes une forme de ressentiment à l'égard des Gilets jaunes, qui ne se sont pas privés, lors des dernières manifestations parisiennes, d'insulter copieusement voire de prendre à partie les représentants de la profession ? Certains, notamment parmi ceux d'entre eux qui avaient pu exprimer des positions hostiles à l'égard du mouvement de protestation, n'ont d'ailleurs pas hésité à réagir de manière immédiate au sujet du «complotisme» des Gilets jaunes.

Dès le soir de l'attentat, d'autres ont jugé crucial de s'informer immédiatement de l'avis des Gilets jaunes sur l'attaque de Strasbourg, deux sujets n'ayant pourtant aucun rapport l'un avec l'autre.

La teneur des propos échangés dans un bistrot ou dans un taxi au même moment sur ce même sujet aurait-elle été différente ? La volonté d'aller prendre la température des Gilets jaunes en particulier, à ce moment précis et sur ce sujet-là, n'est sans doute pas le fruit d'une démarche anodine. Elle pourrait tout du moins sembler contestable sur le plan journalistique.

Cela n'a pas empêché les articles d'essaimer, qui établissaient la longue liste des soupçons infondés, des rumeurs ou des accusations qu'avaient pu partager des individus plus ou moins rattachés aux Gilets jaunes, sans même s'interroger sur la pertinence de cette dernière catégorie.

Strasbourg : pourquoi les médias s'intéressent-ils tant au «complotisme» des Gilets jaunes ?

Le fruit de l'incompréhension et de la frustration

Les Gilets jaunes, issus d'horizons politiques et géographiques très divers, s'organisent essentiellement sur les réseaux sociaux. Pour cette raison, ils sont «fortement imprégnés de la culture propre à Internet», comme le note le sociologue Gérald Bronner, interrogé par Le Monde, avant de préciser aussitôt : «Ce qui ne veut pas dire qu’il s’agit d’un mouvement plus sensible aux théories du complot qu’un autre.» Ce qui n'empêche par le quotidien du soir, pour résumer les propos du chercheur, d'écrire tout à fait le contraire : «Le sociologue souligne que la mobilisation des Gilets jaunes crée un terrain propice à la propagation de théories du complot.» Symptôme là encore d'une incompréhension persistante entre un certain milieu journalistique et cette masse hétérogène et souvent insaisissable qui manifeste et débat en ligne depuis plusieurs semaines.

Cette incompréhension est manifeste depuis le début du mouvement. Parce qu'il n'émanait pas d'une organisation et qu'il n'avait pas de mot d'ordre précis, les médias ont eu du mal à en cerner les contours. Parce qu'il était parfois violent, ils l'ont parfois réduit à sa violence. Et parce qu'il n'avait pas de porte-parole, ils ont pu croire qu'il n'avait rien à dire. L'hostilité face aux médias traditionnels d'un grand nombre de manifestants n'a rien arrangé.

Or, peu à peu, les Gilets jaunes ont réussi à gagner l'attention des journalistes, à défaut de s'en attirer les faveurs. Mais les médias obéissent à l'agenda du présent immédiat, et l'attentat de Strasbourg les a logiquement relégués au second plan, alors même qu'ils venaient de pousser le président de la République à réagir. Dès le lendemain de l'attaque, responsables politiques et éditorialistes ont multiplié les prises de position pour les exhorter à ne pas se rassembler de nouveau le 15 décembre prochain, seules quelques voix, comme celle de Jean-Luc Mélenchon, s'élevant pour appeler à ce que «la République, ses passions, ses mobilisations, puissent continuer». 

Dans un tel contexte, si elle demeure très regrettable, l'apparition de «théories du complot» dans ces groupes de discussions entre Gilets jaunes n'en demeure pas moins explicable. Elle est surtout à mettre en perspective avec les messages, eux aussi nombreux, de ceux d'entre eux qui s'indignent de voir le mouvement décrédibilisé par des rumeurs, des fausses informations ou des propos conspirationnistes.

Strasbourg : pourquoi les médias s'intéressent-ils tant au «complotisme» des Gilets jaunes ?

A bien des égards, la lecture de ces échanges sur les réseaux sociaux, montre clairement que les «théories du complot» y sont bel et bien propagées. Elle montre surtout que de nombreux Gilets jaunes, tout en déplorant le drame de Strasbourg, le caractère imprévisible des événements et la dure loi de l'actualité qui cette fois les dessert, s'efforcent tant bien que mal, face à un univers médiatique dont les codes entravent parfois leur franc-parler, de prévenir toute accusation de complotisme afin de poursuivre sainement leurs débats, et donc leur mobilisation.

Hadrien Galassier

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»