«Plus rien à perdre» : les ambulanciers bloquent les Champs-Elysées (VIDEOS)

- Avec AFP

«Plus rien à perdre» : les ambulanciers bloquent les Champs-Elysées (VIDEOS)© RT France

Les ambulanciers ont investi le célèbre axe parisien pour dénoncer leurs conditions de travail et interpeller le président de la République Emmanuel Macron. En cause, une réforme de la sécurité sociale qui menace leur pérennité financière.

Pour les ambulanciers, le prix des carburants n'est pas le seul problème. Plusieurs dizaines d’ambulances étaient rassemblées ce 16 novembre au matin à Paris pour réclamer la suspension d’une réforme du financement des transports sanitaires qui met les petites et moyennes entreprises du secteur «à la merci» des hôpitaux.

L'article 80 du budget de la Sécurité sociale, entrée en vigueur le 1er octobre, a renversé les règles des transports entre établissements de santé : désormais, hôpitaux et cliniques choisissent leurs ambulances par appel d'offres et en assument directement le coût.

Une cinquantaine de véhicules étaient stationnés au lever du jour derrière les Invalides, a constaté un journaliste de l’AFP. Les ambulanciers, qui devaient être reçus en fin de matinée au ministère de la Santé, ne bloquaient pas la circulation, contrairement à leurs précédentes actions sur le périphérique parisien début novembre.

En fin d'après-midi, les ambulanciers bloquaient l'avenue des Champs-Elysées, selon les médias Sputnik et Brut, présents sur place. 

Les ambulanciers s'estiment pris à la gorge par cet article 80 de la réforme qui «prévoit de confier aux seuls établissements de santé la responsabilité du financement des dépenses de transports inter et intra établissement».

«On n'a plus rien à perdre, on est obligés d'aller au bout»

«On ne peut pas travailler de manière sereine», explique Rachid Soukhmani, président de l'Association pour la défense des transporteurs sanitaires (ADTS), interrogé par Sputnik.

Reprochant aux quatre fédérations représentatives de la profession de n'avoir «pas su [les] avertir alors que c'était leur rôle», Rachid Soukhmani a assuré à l'AFP :  «Il y a une colère des ambulanciers». Et l'ambulancier de prévenir: «On n'a plus rien à perdre, on est obligés d'aller au bout».

Lire aussi : Gilets jaunes : à la veille du mouvement national, «le flou artistique» domine pour la police

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»