Ubérisation de l'économie, Ornikar lance des cours de conduite low-cost

Les auto-écoles vont-elles voir d'un bon oeil ce rival low cost?© Charles Platiau Source: Reuters
Les auto-écoles vont-elles voir d'un bon oeil ce rival low cost?

Rendre plus accessible, et entendez par là moins onéreuse, la formation au permis de conduire. C'est l'ambitieux projet de la plateforme dématérialisée Ornikar. Pour le moment limitée à la ville de Nantes, l'entreprise veut conquérir le marché.

La start-up vient de lancer ses services d'apprentissage à la conduite. Et à première vue la promesse d'Ornikar est plus qu'alléchante. Le code de la route ne reviendrait ainsi qu'à 49,90 euros au lieu des 200 à 300 euros habituels. Pour cette somme, Ornikar s'engage même à fournir un entraînement en ligne ainsi que le livre de code. En ce qui concerne les heures de conduite, l'heure d'apprentissage est fixée à 34,90 euros au lieu de 45 à 55 euros.

Mais pour le moment, Ornikar n'est pas disponible partout. S'il propose déjà dans 83 départements de travailler le Code de la route sur leur site, quelque soit l'heure, son service de conduite n'est disponible que sur Nantes.

En savoir plus: Gérard Filoche : «l'ubérisation de l'économie, c'est Mad Max !»

Dans ce cas, tout candidat peut contacter via Internet un moniteur pour fixer des heures de conduite. Une formule dématérialisée qui doit permettre de faire baisser le prix final du petit papier rose de 30 à 40 % qui s'élève en France à environ à 1 665 euros (pour 20 euros aux Etats-Unis par exemple).

Contacté par RT France, Philippe Colombani, président du principal syndicat du secteur, l'Union des Indépendants de la conduite (UNIC), rappelle que si les prix d'Ornikar défie toute concurrence, cel atient au fait qu'il ne paie aucune taxes et cotisations sociales: «Nous ne sommes pas contre la concurrence, mais à partir du moment où elle est loyale. Nous payons 20% de ce que nous touchons en cotisations diverses, ce que ne fait pas Ornikar. Cette entreprise n'a pas de salarié mais fait travailler des entrepreneurs. Cela signifie pas de charge sociale, pas de cotisations pour le chômage ou pour la santé à payer».

Pourtant Ornikar n'a toujours pas reçu d'agrément de la préfecture de Paris, agrément qu'elle attend depuis un an et demi, au lieu du mois habituel. 

Mais l'auto-école dématérialisée entend visiblement dépasser cet écueil administratif, d'autant qu'elle est soutenue par une équipe de choc d'investisseurs habitués à la E-Economie: Marc Simoncini (fondateur de Meetic), Xavier Niel (Free) et Jacques-Antoine Granjon (Vente.privée.com). Le trio a d'ailleurs saisi le tribunal administratif de Paris pour accélerer le dossier. 

Une situation que dénonce Philippe Colombani: «L'agrément est conditionné à un local commercial et à l'embauche de moniteurs agréés. Ornikar ne remplit aucune de ces conditions. Ils sont donc hors-la-loi. Mais j'aimerais avoir une explication. Pourquoi ont-ils commencé quand même leur activité? Bercy s'est montré souple avec eux. Ils ont visiblement des appuis très puissants notamment avec Xavier Niel qui a ses entrées auprès d'Emmanuel Macron». 

Prudente, la toute jeune entreprise a pris la précaution d'avertir les auto-écoles de Nantes de son arrivée sur le marché. Pourtant en 2014, six syndicats d'auto-écoles l'avaient assignée devant les tribunaux pour «exercice illégal d'enseignement de la conduite». S'ils ont été déboutés, UNIC a toutefois décidé de faire appel.

Pour Philippe Colombani, le combat est plus large et porte aussi dans la question de l'ubérisation de la société: «Veut-on faire de la société de demain une société d'auto-entrepreneurs? Alors il faut jeter le code du travail.C'est un combat de l'économie actuelle face à la nouvelle économie qui met à mal le code du travail et la protection du travail. Par exemple, la voiture est fournie par les moniteurs qui peuvent être remerciés du jour au lendemain. Ce sont des moniteurs jetables. Ornikar a même loué des voitures avec des instructeurs bénévoles. Ils viennent d'inventer le concept de travailleur bénévole!». 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales