Nuit d’Halloween : moins de violences que l'an dernier, un blessé et 116 interpellations

Nuit d’Halloween : moins de violences que l'an dernier, un blessé et 116 interpellations© Philippe Merle Source: AFP
Police nationale (image d'illustration)

Des violences ont éclaté dans la nuit du 31 octobre au 1er novembre dans plusieurs villes de France. Un bilan provisoire fourni à la mi-journée ce 1er novembre par le ministère de l'Intérieur fait état d'un blessé et de 116 interpellations.

Comme souvent à la veille des jours fériés, des violences ont éclaté dans la nuit du 31 octobre au 1er novembre. Selon Ouest-France, dans l’Essonne, des policiers ont été la cible d’un caillassage et d’une bouteille d’acide. Des échauffourées ont aussi éclaté à Strasbourg et à Rennes, quinze voitures ont été incendiées et un adolescent a été blessé. Ce 1er novembre, le ministère de l'Intérieur a fait état de 116 interpellations «qui ont donné lieu à 82 gardes à vue». Ces violences seraient toutefois, selon les autorités, de moindre importance que l'an dernier.

Des appels à attaquer les forces de l'ordre avaient été relayés sur les réseaux sociaux ces derniers jours, incitant à une «purge» des policiers pour Halloween. Depuis ce 27 octobre, plusieurs documents circulaient sur les réseaux sociaux. L'un d'eux, intitulé «Les règles de la purge de Corbeil-Essonnes», appelait notamment à attaquer les forces de l'ordre «au mortier, feux d'artifice, pétards, pierres». Ces appels s'inspirent d'une série de films américains, The Purge, dans laquelle aux Etats-Unis, tous les crimes sont autorisés le temps d'une nuit.

Résultat : un adolescent de 15 ans a été «sérieusement» blessé à la tempe par un tir de gomme-cogne dans la soirée à Rennes alors qu'il lançait des projectiles en direction des policiers, a indiqué le 1er novembre le Parquet qui a ouvert deux enquêtes sur ces faits. L’adolescent s'est vu prescrire 30 jours d'interruption totale de travail (ITT) par un médecin légiste, selon le parquet. 

Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner a réagi aux violences et débordements lors d'un déplacement dans une caserne de pompiers à Paris avec son secrétaire d'Etat Laurent Nunez. «En fonction des éléments dont j'ai disposition à l'heure qu'il est, il y a moins de gravité que ce que nous avons connu l'année dernière. Parce qu'on a anticipé, parce qu'hier soir on a mobilisé 15 000 forces de l'ordre et de la sécurité», a déclaré Christophe Castaner, tout en pointant des «faits totalement anormaux, scandaleux».

Lire aussi : «Purge» anti-police : «mobilisation renforcée» des forces de l'ordre, premiers incidents à Lyon

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»