«Purge» anti-police : «mobilisation renforcée» des forces de l'ordre, premiers incidents à Lyon

«Purge» anti-police : «mobilisation renforcée» des forces de l'ordre, premiers incidents à Lyon© Eric Gaillard Source: Reuters
Des policiers anti-émeute à Fréjus (image d'illustration).

Face à des appels à la violence contre la police pour Halloween, Christophe Castaner a annoncé un renforcement des moyens. Dans la soirée du 31 octobre, des dégradations de mobilier urbain et des agressions physiques auraient déjà eu lieu.

La nuit d'Halloween, du 31 octobre au 1er novembre, sera-t-elle marquée par de nombreuses violences urbaines en France, après la diffusion sur les réseaux sociaux de messages appelant à une «purge» des policiers ? Pour prévenir un tel scénario, le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner a déployé ce 31 octobre des moyens supplémentaires. «J'ai demandé une mobilisation très attentive, renforcée à tous les préfets de France pour que nous puissions avoir une soirée festive, car Halloween est une soirée festive», a-t-il ajouté.

«Il a été demandé une adaptation du dispositif des forces de l'ordre au niveau local en fonction des renseignements et du risque de débordement», a confirmé auprès de l'AFP une source policière.

Lyon : dégradations du mobilier urbain et agressions physiques

Pourtant, dans la soirée du 31 octobre, un journaliste du site d'informations LyonMag faisait déjà état d'une situation tendue et de débordements à Lyon, tweets-photos et vidéos à l'appui.

«Les CRS font usage de grenades lacrymogènes face à des petits groupes de jeunes individus menaçants», rapportait-il, évoquant également de nombreuses dégradations du mobilier urbain et quelques agressions physiques.

Un appel aux violences présenté comme une «blague», largement relayé sur les réseaux

Un Isérois de 19 ans, à l'origine du premier message d'appel à la «purge» pour Halloween devenu viral, sera jugé le 28 novembre pour «provocation, non suivie d'effet, aux crimes ou délits». Le jeune homme fait valoir «une énorme blague». 

«D'autres [...] ont repris cet appel à la purge. C'est pour ça que [ce 30 octobre], un homme de 16 ans avait également été interpellé à Sarcelles (Val-d'Oise) pour avoir relayé le mot d'ordre de la "purge"», en y ajoutant des règles, selon une source policière citée par l'AFP. L'adolescent a été présenté ce 31 octobre devant un juge des enfants et mis en examen. En garde à vue, il avait affirmé lui aussi que cette «purge» n'était qu'une «blague» qu'il s'était contenté de relayer, selon l'AFP. 

Depuis ce 27 octobre, plusieurs documents circulent sur les réseaux sociaux. L'un d'eux, intitulé «Les règles de la purge de Corbeil-Essonnes», appelle notamment à attaquer les forces de l'ordre «au mortier, feux d'artifice, pétards, pierres».

Ces appels s'inspirent d'une série de films américains, The Purge, dans laquelle, aux Etats-Unis, tous les crimes sont autorisés le temps d'une nuit.

Lire aussi : Interdits de course-poursuite, les policiers vont-ils lancer leur mouvement #PasDeVague ?

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»