Julian Assange accuse l'Equateur de faire pression pour qu'il quitte l'ambassade

Julian Assange accuse l'Equateur de faire pression pour qu'il quitte l'ambassade© Neil Hall Source: Reuters
Julian Assange sur le balcon de l'ambassade d'Equateur à Londres le 19 mai 2017 (image d'illustration).

Le lanceur d'alerte et fondateur de Wikileaks a fait savoir ce 29 octobre que l'Equateur, qui lui accorde l'asile dans son ambassade londonienne depuis 2012, avait l'intention d'y mettre fin et de le remettre aux autorités américaines.

L'Equateur aurait décidé de mettre fin à l'asile qu'il accorde depuis 2012 à Julian Assange, le fondateur de Wikileaks, et de le remettre aux autorités américaines. Le lanceur d'alerte, qui s’exprimait ce 29 octobre par téléconférence au cours d’un procès intenté par ses avocats contre le gouvernement équatorien, a justifié ses dires par les nouvelles règles édictées par Quito pour son séjour dans sa représentation diplomatique.

Par exemple, le fait qu’il lui faille désormais payer ses soins médicaux et ses factures de téléphone. Selon lui, ces mesures sont destinées à l’inciter à quitter l’ambassade où il est réfugié depuis six ans. Il pense en outre que le nouveau président équatorien, Lenin Moreno, a pris la décision de révoquer son droit d’asile, bien qu’il ne l’ait pas encore rendue publique.

Lors de l'audience, le procureur général équatorien, Inigo Salvador, a interrompu Julian Assange, lui demandant de ne pas transformer l’audience en tribunal politique. Un responsable équatorien a par la suite démenti toute intention de Quito de priver l’Australien de l’asile, tout en soulignant qu’il devait se plier aux règles édictées par le gouvernement. 

Le juge Karina Martinez a par la suite jugé «irrecevable» l'action intentée par Julian Assange contre les règles de visite, de communications et de salubrité qui lui sont imposées depuis le 12 octobre dernier. Elle a en effet estimé que cette mise en garde sur une éventuelle suppression de l'asile accordé à Julian Assange ne constituait pas une violation de ses droits, dans la mesure où il s'agit d'un pouvoir souverain de l'Etat équatorien.

Les autorités équatoriennes ont justifié ces nouvelles règles par le comportement déplacé, selon eux, de Julian Assange à l’égard du personnel de l’ambassade mais aussi par des prises de position politiques inappropriées, notamment son soutien aux séparatistes catalans. 

Lire aussi : Wikileaks fait sortir «des innocents de prison» : la dernière vidéo de Julian Assange (EXCLUSIF)

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»