Lycéens, étudiants, salariés et retraités manifestent contre la «destruction du modèle social»

A l'appel d'un mouvement interprofessionnel relayé par plusieurs syndicats, dont la CGT et FO, étudiants, salariés et retraités manifestent et font grève. Près d'une centaine de mouvements ont été organisés en France.

La CGT et FO ont marché main dans la main, avec Solidaires, l'Unef, la FIDL et l'UNL le 9 octobre pour protester contre la «destruction du modèle social». Dans la capitale, entre 11 500 (selon la préfecture de police) et 50 000 personnes (selon la CGT) se sont rassemblées à partir de 14h. 

Une centaine de manifestations se sont déroulées sur le territoire, répondant à cet appel interprofessionnel. Dans de multiples villes, des manifestants ont défilé comme à Lyon, Quimper ou Rennes. La CGT a évoqué le chiffre d'environ 300 000 manifestants dans toute la France.

Les protestataires ont aussi organisé des blocages comme à Besançon, où du personnel médical hospitalier a bloqué les voies du tramway.

Plusieurs charges en début de cortège à Paris

Vers 15h, les premières échauffourées se sont produites à Paris. Plusieurs charges ont eu lieu boulevard Raspail dans le XIVe arrondissement, à la suite de l'arrivée massive de forces antiémeute et de CRS. Le cortège en tête de manifestation, où s'étaient logés une centaines de personnes encagoulées, a été contraint de reculer à la suite des charges. Des jets de pierres ont visé les forces de l'ordre. Les affrontements ont fait au moins un blessé à la tête, selon des images du caméraman de l'agence vidéo Ruptly. La police a procédé a plusieurs interpellations.

Lire aussi : Paris : affrontements entre manifestants et policiers, un jeune blessé à la tête (VIDEO)

A Rennes également, les forces de l'ordre ont affronté les manifestants.

«Exprimer le refus de cette politique»

Dans un communiqué, l'intersyndicale avait dénoncé : «En une décennie, les 10 plus riches fortunes françaises ont vu leur patrimoine quadrupler alors qu'il faut six générations à une famille pauvre pour atteindre le revenu moyen.» Et de préciser : «Les annonces gouvernementales et les contre-réformes successives ne font qu'amplifier le creusement de ces inégalités.» Le mouvement accuse le gouvernement d'être «au service exclusif des intérêts patronaux» et appelle en conséquence les manifestants à «exprimer le refus de cette politique détruisant brique par brique [le] modèle social [français]».

Comme lors de la manifestation relativement peu suivie du 28 juin, les syndicats se sont montrés divisés ce 9 octobre. La FSU, traditionnellement alliée à la CGT, n'a pas appelé à manifester, ni la CFDT, la CFE-CGC et la CFTC. Les élections professionnelles de la fonction publique, prévues en fin d'année, pourraient avoir eu raison d'un front social commun.

Lire aussi : Ordonnances Pénicaud : les patrons n'ont-ils retenu que la liberté de licencier plus facilement ?

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter