Nice : ouverture d'une enquête après la diffusion sur internet d'une agression ultra-violente

- Avec AFP

Nice : ouverture d'une enquête après la diffusion sur internet d'une agression ultra-violente© ANNE-CHRISTINE POUJOULAT Source: AFP
Image d'illustration

Relayée sur les réseaux sociaux, la vidéo d'un homme gisant inconscient sur le sol après s'être fait violemment molester a déclenché l'ouverture d'une enquête par la police de Nice. Celle-ci va tenter de déterminer où et quand l'agression a eu lieu.

Une source policière locale a confié à l'AFP le 29 septembre que la police de Nice a diligenté une enquête après la diffusion d'une vidéo sur les réseaux sociaux qui montre l'agression ultra-violente d'un homme.

«Nous avons visionné cette vidéo sur laquelle on voit une personne se faire agresser par tout un groupe, mais ce n'est pas daté et le lieu n'est pas précisé», a précisé cette source. «Cela s'est-il passé cette nuit ou il y a trois ans, à Nice ou aux Etats-Unis, et qui a posté cette vidéo, ce sont tous les points que nous allons essayer d'éclaircir», a-t-elle poursuivi.

Sur les images, tournées de nuit avec un smartphone, dans ce qui semble être une rue du Vieux-Nice proche du Palais de justice, on entend distinctement un groupe d'hommes se revendiquant de «Nice 06 000» encourager l'un des siens à en «niquer» un autre, la vidéo se terminant sur un gros plan où l'on voit un homme au visage ensanglanté gisant à terre, inconscient.

Cette vidéo a été relayée sur Twitter notamment par Philippe Vardon, conseiller régional  Rassemblement national (RN) de Provence-Alpes-Côte-d'Azur, pour lancer, indique-t-il, «un appel à témoignages» afin de retrouver les auteurs de cette agression. Dans un second tweet adressé à la police nationale des Alpes-Maritimes, l'élu RN a alerté ces services sur l'origine du compte Instagram qui a posté cette vidéo.

La vidéo a été diffusée sur Instagram, Twitter et Facebook, entre autres, avec plusieurs milliers de vues. A lui seul, le post Instagram a été vu plus de 10 000 fois selon le compteur du réseau.

Lire aussi : Le chef de la police municipale de Rodez décède après une attaque au couteau

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter