Tué au couteau à Grenoble le soir de ses 26 ans : la famille d'Adrien Perez écrit à Macron

Tué au couteau à Grenoble le soir de ses 26 ans : la famille d'Adrien Perez écrit à Macron© JEAN-PIERRE CLATOT Source: AFP
Dans le quartier sensible de Villeneuve à Grenoble, après une fusillade en 2007 (image d'illustration).

Les parents d'Adrien Perez, assassiné d'un coup de couteau dans le cœur au cours de l'été, ont écrit à Emmanuel Macron le 15 août. La lettre, restée sans réponse, est donc devenue publique le 26 septembre. Les époux endeuillés disent leur désarroi.

Un tragique fait divers a abouti à la mort d'Adrien Perez le 29 juillet, tué à coups de couteau au petit matin par deux frères délinquants connus des services de police. Pour avoir voulu défendre un ami d'une agression alors qu'il sortait d'une discothèque de la banlieue grenobloise où il fêtait ses 26 ans, le jeune homme a été assassiné.

Le 26 septembre, l'hebdomadaire Valeurs actuelles a interrogé les parents de la victime qui avaient écrit à Emmanuel Macron le 15 août. Les proches d'Adrien Perez attendent toujours une réponse à leur courrier qui est devenu une lettre ouverte.

La mère et le père, endeuillés, veulent dénoncer le silence des pouvoirs publics, qui, selon Patricia Perez, «signe le mépris de la classe dirigeante à l’égard d’une partie du peuple français». Surtout, ils appellent de leurs vœux des actes pour contrer la violence dans leur ville : «La délinquance a clairement pris le pouvoir à Grenoble. Pas une semaine ne passe sans que la violence d’un petit nombre qui fait régner la terreur ne s’exprime. C’est malheureux, mais la peur fait désormais partie de notre quotidien», disent-ils à Valeurs actuelles.

Dans leur courrier au président de la République, les époux Perez déploraient dès le 15 août les circonstances et le contexte qui avaient mené à la mort de leur fils. Evoquant les assassins d'Adrien Perez, ils dénonçaient ainsi : «Ils sont aussi et peut-être surtout l’insupportable engeance d’une France qui, par son incapacité à répondre fermement à la délinquance, produit un sentiment d’impunité croissant conduisant des jeunes gens à sortir armés d’un couteau et à s’en servir sans le moindre scrupule dès lors que quelqu'un ou quelque chose leur déplaît.»

Le mutisme de votre gouvernement et de votre majorité est-il la manifestation d’un mépris de caste face à la souffrance du commun des mortels ?

Et les parents de s'élever contre une série d'agression dans cette région, touchée par une violence qu'ils estiment «endémique» : «Notre Adrien n’est pas la première victime des sauvages de l’agglomération grenobloise : le 28 septembre 2012, Kévin Noubissi et Sofiane Tadbirt ont été lynchés par douze individus dans un parc d’Echirolles ; le 26 octobre 2013, Julien Praconté a été tué à la sortie d’une discothèque du quartier Hoche ; le 5 novembre 2015, Grégory Baharizadeh a été mortellement poignardé en pleine rue par un mineur âgé de seize ans dont il avait simplement soutenu le regard ; le 16 juillet 2016, Salim Belhadj a été victime d’une meurtrier coup de couteau dans le quartier Hoche… [...]  Jean-Yves Coquillat, procureur de la République de Grenoble, a dénoncé "une ville pourrie et gangrenée par le trafic de drogue" tout en précisant que la réponse répressive de la France n’était pas à la hauteur de la gravité de la situation grenobloise.»

Et de mettre directement en cause Gérard Collomb, le ministre de l'Intérieur, qui a récemment annoncé son futur départ du gouvernement en 2019 : «A l’issue de la marche blanche en l’honneur d’Adrien, la municipalité a révélé aux micros de BFMTV qu’elle avait sollicité des moyens policiers supplémentaires qui lui ont été refusés par Gérard Collomb, votre ministre de l’Intérieur.»

Ils sont surtout l’insupportable engeance d’une France qui, par son incapacité à répondre fermement à la délinquance, produit un sentiment d’impunité croissant

Patricia et Bruno Perez, visiblement désespérés, lancent un cri d'alarme qui entre paradoxalement en résonance avec la «reconquête républicaine» récemment lancée par Gérard Collomb : «Devons-nous conclure, après cette nouvelle tragédie, que les représentants d’un Etat de droit s’avèrent incapables de mettre fin au règne sauvage d’une minorité qui empoisonne le quotidien de millions de Français ? Nos élus ont-ils si peur de ces gens ou ont-ils un intérêt à les laisser prospérer et tuer ? La France a clairement renoncé à imposer la République dans certains territoires, complaisamment ou lâchement abandonnés à la délinquance.»

Et de s'indigner du «mutisme» du gouvernement : «S’ajoute à la douleur de la perte d’un enfant, l’indignation face au silence assourdissant d’une partie de la classe politique française. Le mutisme de votre gouvernement et de votre majorité est-il la manifestation d’un mépris de caste face à la souffrance du commun des mortels ou l’expression de la conscience coupable d’hommes et de femmes ayant le pouvoir de mettre fin au règne de la violence mais refusant, par manque de courage et de conviction, de le faire ?»

La France a clairement renoncé à imposer la République dans certains territoires

L'Elysée, empêtré dans une séquence médiatique difficile depuis le commencement de l'affaire Benalla prendra-t-il le temps et l'énergie de répondre aux nombreuses questions soulevées par le courrier des époux Perez ? Ceux-ci semblent ne pas le croire et se montrent plus pessimistes : «Il nous semble, Monsieur le Président de la République, que votre gouvernement et vous-même avez l’indignation et l’admiration sélectives. Notre fils perdant la vie en tentant de défendre ses amis violemment pris à parti par des sauvages ne mérite-t-il pas autant votre sollicitude que tant d’autres reçus sous les ors du palais de l’Elysée ?»

Lire aussi : Grenoble : un «Chicago français», selon un syndicat policier

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter