Christian Estrosi à La République en marche : «Vous vous comportez comme le vieux monde»

Christian Estrosi à La République en marche : «Vous vous comportez comme le vieux monde»© LA PROVENCE.COM Source: AFP
Christian Estrosi avait provoqué la colère de la droite quand il s'était affiché au côté d'Emmanuel Macron en avril 2017 à Nice, en pleine campagne présidentielle

Déçu et remonté, Christian Estrosi se désolidarise de la politique du gouvernement et d'Emmanuel Macron. Le maire Les Républicains de Nice avait pourtant bien accueilli le sacre des marcheurs en 2017. Changement de cap avant les municipales ?

Les semaines se suivent et les soutiens macroniens de tous bords lâchent petit à petit leur ancien champion. Dernier en date : Christian Estrosi, le 26 septembre sur BFMTV.

D'abord interrogé sur le choix de la France ne pas accueillir l'Aquarius mais de récupérer, malgré tout, 18 migrants, le maire de Nice a jugé «cette politique incompréhensible». Il a expliqué qu'il voulait en effet que le chef de l'Etat et ses homologues européens puissent «se mettre enfin autour de la table» pour trouver une solution et mettre en place une «politique de la migration». Logiquement, il a partagé la position d'Emmanuel Macron lorsque ce dernier a déclaré que la France ne devait pas être le port d'accueil de tous les bateaux qui partent d'Afrique. Christian Estrosi en a ainsi appelé ainsi à «un Schengen II [pour] assurer la protection des frontières de l'Europe» puisque «Schengen est mort».

Christian Estrosi met de l'eau dans son vin macronien

Sur la politique nationale, Christian Estrosi a semblé déçu de la première année du quinquennat. «On ne peut pas dire que depuis un an, les espérances, les attentes et les doutes des Français aient été levés, au contraire ils se sont amplifiés [...] avec le pouvoir d'achat qui n'a cessé de baisser», a-t-il relevé.

Si l'édile a confessé que les baisses sur les charges des entreprises étaient «une bonne chose», il s'est montré critique sur le fait que le gouvernement ait «tapé sur les plus faibles [et] les classes moyennes». Il s'est aussi déclaré hostile à la «désindexation [...] des pensions de retraite.»

Sur le pétrole, il a en outre trouvé «inacceptable» les augmentations des prix à la pompe et l'annonce de nouvelles hausses promises par la ministre des Transports, Elisabeth Borne. Il a conseillé au gouvernement une autre voie, celle de «réduire les marges» sur les dividendes des actionnaires des compagnies pétrolières pour «rendre un peu de pouvoir d'achat aux Français».

En fait, Christian Estrosi a formulé un blâme plus sévère sur les élus de La République en marche (LREM) : «Ce n'est pas la majorité dont il [Emmanuel Macron] dispose qui va l'aider à réussir.» «Vous savez le problème de Macron qui, de toute évidence, est en perte de vitesse aujourd'hui avec un été calamiteux, ce n'est pas forcément Macron lui-même mais c'est sans doute sa majorité», a-t-il ajouté.

Sur le fait que LREM puisse soutenir sa candidature pour les municipales de 2020 à Nice, Christian Estrosi a exprimé, là encore, une désapprobation pour «des propos» qu'il a jugé «extrêmement gênants». Il s'est ensuite adressé au parti présidentiel : «Vous vous comportez comme le vieux monde vous qui prétendiez apporter la modernité.» Il a d'ailleurs précisé n'être «l'otage de personne», en ne souhaitant «rendre des comptes» qu'aux Niçoises et aux Niçois. «Ne vous mêlez pas de ça !», a-t-il en plus intimé au président et à LREM.

Se sentant toujours à droite et chez Les Républicains (LR), Christian Estrosi a tenu à démentir l'information venant du député LR, Eric Ciotti. Le député des Alpes-Maritimes avait affirmé, par moquerie, que Christian Estrosi était le «président officieux d'En Marche».

Les relations internationales : un point d'accord avec Emmanuel Macron

A propos du discours qu'à tenu Emmanuel Macron devant l'ONU le 25 septembre, Christian Estrosi a également soutenu le multilatéralisme pour «faire progresser nos relations [...] commerciales, sociales ou humanitaires». Il est aussi en phase avec le président français sur la remise en cause de négociations avec un pays qui ne respecterait pas les Accords de Paris sur l'écologie.

Depuis l'élection d'Emmanuel Macron et le raz-de-marée macroniste aux législatives de 2017, Christian Estrosi n'a jamais caché sa sympathie pour le programme politique des marcheurs. Ne se décrivant pas comme un «Macron-béat», l'ancien ministre a notamment soutenu plusieurs textes de la macronie comme la réforme sur la taxe d'habitation.

Après le premier tour de la présidentielle, il avait d'ailleurs soutenu ardemment Emmanuel Macron et appelé la droite à accepter «la main tendue» du nouveau président pour les législatives.

Lire aussi : Guerre de clochers chez Les Républicains : l'été a-t-il sonné le glas de la désunion ?

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter