Mairie de Paris : Bruno Julliard lâche Anne Hidalgo en raison de «vifs désaccords»

Mairie de Paris : Bruno Julliard lâche Anne Hidalgo en raison de «vifs désaccords»© Charles Platiau Source: Reuters
Anne Hidalgo et Bruno Julliard avant leur mandature commune, en avril 2013, (illustration).

Fidèle soutien d'Anne Hidalgo depuis les premières heures de son accession au trône parisien, Bruno Julliard décide finalement de claquer la porte de la mairie de Paris. Il renonce ainsi à rempiler avec l'édile pour une nouvelle candidature en 2020.

Le premier adjoint et adjoint à la Culture à la maire de Paris, Bruno Julliard, claque la porte et s'en explique dans les colonnes du Monde publié ce 17 septembre. L'élu venu des rangs de l'Unef détaille le long parcours qui l'a mené à cette décision mûrie pendant l'été, selon le quotidien. Surtout, Bruno Julliard étrille Anne Hidalgo pour son «inconstance» et sa gestion inefficace de la capitale française, en partie dues selon lui à un manque de «dialogue avec les Parisiens» et un certain «repli sur l’Hôtel de ville». Et de lâcher : «Je n’y crois plus. Je ne veux pas faire semblant.»

Bruno Julliard fait également part d'«un choix douloureux, pris en conscience» et rappelle qu'Anne Hidalgo voulait lui confier la direction de sa campagne pour l'échéance des élections municipales de 2020, ce qu'il a officiellement refusé ce 17 septembre : «Ma démission est la suite logique de cette décision.» Il confesse à ce titre : «Depuis plusieurs mois, de vifs désaccords d’orientation et de méthodes de gouvernance nous ont éloignés.»

Interrogé sur la responsabilité de l'édile parisienne dans les fiascos du Vélib', de l'Autolib' et de la piétonnisation de la rive droite de la Seine, le premier adjoint ne se dérobe pas : «Lorsqu'un service public majeur est compromis dans de telles proportions, c’est qu’il y a incontestablement eu des erreurs et un manque de vigilance.»

Et de prévenir, implacable : «Il est urgent de mettre un terme aux manifestations intempestives des seules ambitions individuelles. Ce qu’attendent les Parisiens, ce sont des propositions concrètes pour améliorer leur cadre de vie.»

Bruno Julliard aurait-il des visées personnelles ou aurait-il été courtisé par La République en marche ? L'intéressé s'en défend et assure au contraire : «Ma démission ne répond à aucune stratégie personnelle, aucun plan caché.» Il précise même qu'il va «désormais réfléchir à un autre avenir professionnel.» 

Anne Hidalgo s'est pour sa part fendue d'un tweet poli et très court prenant acte de cette «décision personnelle» de son premier adjoint.

Lire aussi : «Pas pipi dans Paris» : un clip financé par la mairie de la capitale récolte colère et moqueries

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter