Selon l'éditeur Ring, des antifas voulaient «trancher» les mains du dessinateur Marsault

Selon l'éditeur Ring, des antifas voulaient «trancher» les mains du dessinateur Marsault
Capture d'écran du siège des éditions Ring, illustration

Le dessinateur Marsault aurait été menacé par un groupe d'antifas qui voulait s'en prendre à lui lors d'une dédicace à Nantes en avril 2017. Ces derniers, selon sa maison d'édition, auraient même voulu lui «trancher les mains».

Marsault, le dessinateur polémique de bandes dessinées, aurait été la cible de menaces d'une extrême violence formulées par un groupe d'antifas en avril 2017, selon une déclaration de son éditeur Ring. Ce dernier s'est fendu d'un communiqué officiel sur son compte Facebook, ce 5 septembre, pour relater le morbide projet qui aurait été fomenté contre l'artisan du noir et blanc.

Le plan B était de détruire les mains de Marsault À LA MASSE

«Le temps est venu de vous révéler l'infâme projet prévu contre Marsault le 8 avril 2017, lors de sa dédicace nantaise», a annoncé l'éditeur, ajoutant : «Vous devez savoir que des antifas ont eu le projet bien réel d'intercepter Marsault avant son arrivée à la librairie ou d'entrer en force et en nombre sur le lieu de la dédicace, de le maîtriser et de lui TRANCHER LES MAINS pour qu'il ne puisse plus jamais dessiner. Si cette boucherie échouait, le plan B était de détruire les mains de Marsault À LA MASSE», dénonce l'éditeur.

Et de préciser que cette information aurait été divulguée à l'équipe de Ring par l'un de ces antifas, qui ne souhaitait pas participer à ce «raid». Par ailleurs, le projet aurait été confirmé par la police à l'éditeur Ring, dans l'après-midi du 7 avril, veille de l'événement. Et Ring de poursuivre : «D'où la présence massive de CRS ce jour-là et de douze agents en civil dans la librairie lors de la dédicace».

Le 4 septembre, Jeannette Bougrab, ex-secrétaire d'Etat chargée de la Jeunesse et de la Vie associative sous la présidence Sarkozy, a pris la parole pour dénoncer les menaces subies par Marsault, dont une des expositions, prévue en septembre, a été annulée. «On peut ne pas aimer le travail de Marsault, mais user de menaces et de terreur pour contraindre ce dessinateur et son galeriste à renoncer à une exposition est inacceptable dans notre pays», a-t-elle déclaré selon Ring.

Lire aussi : «Une purge sans précédent» : le dessinateur Marsault fait ses adieux aux réseaux sociaux

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter