«Nous sommes tous de la chair à patron» : manifestation devant l'université d'été du Medef (IMAGES)

«Nous sommes tous de la chair à patron» : manifestation devant l'université d'été du Medef (IMAGES)© Eric Piermont Source: AFP
Edouard Philippe à l'université d'été du Medef à Jouy-en-Josas le 28 août 2018 (image d'illustration).

Syndicats et associations ont fait leur rentrée sociale en protestant devant l'université d'été du Medef, au siège de l'école d'HEC à Jouy-en-Josas, en banlieue parisienne. Ils ont notamment demandé l'abrogation de la loi travail.

Devant le siège de l'école HEC à Jouy-en-Josas, un important dispositif de sécurité a été déployé le 29 août pour faire face à un cortège de manifestants anticapitalistes venus protester à l’université d’été du Medef, à une vingtaine de kilomètres de Paris.

Environ 250 manifestants se sont regroupés à l'appel de différents syndicats et associations, comme Solidaires, Attac ou Droit au logement, venus faire leur rentrée sociale pour l'occasion. Parvenus à la gare de Jouy-en-Josas vers midi, les protestataires se sont rassemblés derrière des banderoles au mot d’ordre «bloquons le Medef», en dispersant des fumigènes de couleur. Dans le cortège ont résonné des slogans tels que : «Nous sommes tous de la chair à patron» ou encore «l'argent il y en a dans les poches du patronat». Les manifestants ont ensuite rejoint le campus où se tient l'université d'été du Medef.

La pluie et les conditions météorologiques n’ont pas favorisé l’affluence des protestataires, qui étaient à peu près 400 l'an dernier.

Les syndicats demandent notamment l'abrogation de la loi travail et l’instauration de la semaine des 32 heures. Ils exigent également «la séparation du Medef et de l'Etat» et dénoncent les collusions avec le pouvoir, en écho à la visite du Premier ministre Edouard Philippe la veille, à la grand messe annuelle des chefs d'entreprise.

L'université d'été du Medef, prévue cette année le 28 et le 29 août fête cette année ses 20 ans et a décidé de diriger ses axes de réflexion sur les 20 ans d'entrepreneuriat à venir.

Lire aussi : Le bonus-malus contre les abus de CDD hérisse le Medef et risque de ne pas voir le jour

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter