Soupçons de fraude fiscale : le député LREM Thierry Solère placé en garde à vue

Soupçons de fraude fiscale : le député LREM Thierry Solère placé en garde à vue© Thomas Samson Source: AFP
Thierry Solère le 25 octobre 2017 à Paris. (image d'illustration)

Soupçonné de fraude fiscale, de corruption et de trafic d'influence, le député LREM des Hauts-de-Seine Thierry Solère a été placé en garde à vue ce 17 juillet dans les locaux de la police judiciaire à Nanterre.

L'immunité parlementaire du député La République en marche (LREM), Thierry Solère, avait été levée le 11 juillet par le bureau de l'Assemblée nationale à la demande du parquet de Nanterre : il a été placé en garde à vue ce 17 juillet dans les locaux de la police judiciaire.

Visé depuis septembre 2016 par une enquête judiciaire concernant des soupçons de fraude fiscale, l'ancien questeur de l'Assemblée nationale est également soupçonné de trafic d'influence, de corruption, d'abus de biens sociaux, de financement illicite de dépenses électorales et de manquements aux obligations déclaratives auprès de la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique.

Selon les informations du Monde, Thierry Solère serait également soupçonné d'avoir fait usage de sa position d'élu de la République pour favoriser des entreprises pour lesquelles il travaillait.

La justice veut par ailleurs l'entendre au sujet de l’embauche en tant qu’assistante parlementaire de l’épouse de l’un de ses anciens employeurs. Cet emploi est présumé fictif par la justice.

Thierry Solère conteste les faits qui lui sont reprochés

Le député du parti présidentiel devrait également être entendu dans le dossier des prêts de plus d'un million d'euros octroyés par un de ses proches et qui n'auraient pas été déclarés.

Les faits dont est soupçonné Thierry Solère remontent aux années 2010 à 2013. Il était alors conseiller régional Les Républicains, lieutenant de Bruno Le Maire, et travaillait également en tant que conseiller stratégique, notamment pour une entreprise spécialisée dans le traitement des déchets industriels. Mediapart révélait en septembre 2016 que ce poste qui lui rapportait «12 000 euros par mois».

En 2017, Le Canard enchaîné avait aussi fait savoir que Thierry Solère avait «omis de régler une partie de ses impôts sur le revenu de 2010 à 2013, ainsi que la taxe foncière de la dernière année». 

L'élu marcheur, ex-fondateur des Constructifs, conteste les faits qui lui sont reprochés.

Lire aussi : Violation du secret professionnel : Urvoas a-t-il prévenu Solère d'une enquête le visant ?

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter