La vidéo de l'évasion spectaculaire en hélicoptère de Rédoine Faïd

- Avec AFP

La vidéo de l'évasion spectaculaire en hélicoptère de Rédoine Faïd© GEOFFROY VAN DER HASSELT Source: AFP
L'hélicoptère abandonné par le commando à Gonesse (Val-d'Oise), partiellement incendié

Ce 1er juillet, le braqueur récidiviste Rédoine Faïd s'est échappé de la prison de Réau, en Seine-et-Marne, à l'aide d'un hélicoptère utilisé par des complices. Un détenu de la prison de Réau, en Seine-et-Marne, a filmé la scène.

La spectaculaire évasion en hélicoptère du braqueur récidiviste Rédoine Faïd, ce 1er juillet, a défrayé la chronique. La scène a été filmée par un détenu de la prison de Réau (Seine-et-Marne), où celui-là purgeait une peine de 25 ans de réclusion, pour un braquage raté dans le Val-de-Marne qui avait coûté la vie en 2010 à la policière municipale Aurélie Fouquet.

Un plan d'évasion bien préparé

Le 1er juillet au matin, deux hommes prennent place sur un aérodrome de Lognes (Seine-et-Marne) pour effectuer un baptême de l'air qu'ils avaient réservé quinze jours auparavant.

A l'aide d'armes de poing, ils prennent en otage le pilote et l'obligent à voler jusqu'à Melun, à une trentaine de kilomètres au sud. Là, ils récupèrent un troisième complice, cagoulé, avant de s'envoler pour la maison d'arrêt de Réau, une dizaine de kilomètres plus loin, selon une source proche de l'enquête.

L'appareil se pose dans la cour d'honneur de la prison, puis deux des trois complices sortent de l'hélicoptère. Les individus portent «des cagoules et des brassards de police» et sont équipés de «fusil d'assaut de type kalachnikov» et de disqueuses, selon le témoignage du surveillant Martial Delabroye, du syndicat FO, cité par l'AFP.

Ils lâchent des fumigènes dans la cour, scient une porte à la disqueuse et empruntent «un petit chemin d'intervention qui n'est normalement emprunté que par les surveillants», d'après son récit. De là, «il n'y a qu'une dizaine de mètres entre la cour et les parloirs». 

Les surveillants, non-armés, se mettent à l'abri et donnent l'alerte. Pendant ce temps, les deux hommes «scient le pêne de la porte avec une meuleuse et vont chercher Rédoine Faïd», a rapporté la garde des Sceaux Nicole Belloubet. Le groupe repart en hélicoptère, sans faire de blessés.

Un peu plus tard, l'hélicoptère est retrouvé à Gonesse (Val-d'Oise) à une soixantaine de kilomètres au nord de la prison. A cet endroit, un quatrième complice attend l'équipe au volant d'une Mégane noire. Après avoir roué de coups le pilote qu'ils abandonnent en état de choc, les hommes tentent d'incendier l'hélicoptère à l'aide d'un cocktail Molotov.

Ils prennent la fuite, puis abandonnent leur voiture dans le parking du centre commercial O'Parinor d'Aulnay-sous-bois (Seine-Saint-Denis), à deux pas de l'autoroute A1, pour un autre véhicule.

Quelque 2 900 policiers et gendarmes sont alors mobilisés, un signalement diffusé sur l'ensemble du territoire, tandis que la police aux frontières resserre les contrôles. Le 2 juillet, Redoine Faïd est toujours en cavale.

A lire aussi : Le braqueur Redoine Faïd s'évade en hélicoptère d'une prison de Seine-et-Marne

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Sondage

Selon vous, la mise en demeure de RT France par le CSA est...

Résultats du sondage

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter