Limogeage de Calmels par Wauquiez : Juppé salue son «courage», Ferrand ironise

Limogeage de Calmels par Wauquiez : Juppé salue son «courage», Ferrand ironise© PHILIPPE DESMAZES Source: AFP
Virginie Calmels et Laurent Wauquiez, septembre 2017, illustration

Après l'éviction de Virginie Calmels de la vice-présidence des Républicains, Alain Juppé a salué les convictions et le courage de son ancien soutien, tandis que Richard Ferrand a ironisé sur le parcours du nouveau bras droit de Laurent Wauquiez.

«Il semble être uniquement là pour défendre sa propre ligne», avait-elle déclaré au sujet de Laurent Wauquiez la veille dans un entretien au Parisien : Virginie Calmels, vice-président déléguée du parti Les républiains (LR), a été démise de ses fonctions ce 17 juin. Les lignes de fracture au sein du parti auront eu raison de l'unité plusieurs fois affichée, mais restée lettre morte, comme en témoigne par exemple l'épisode du tract «Pour que la France reste la France».

Richard Ferrand, président du groupe La République en marche (LREM) à l'Assemblée nationale, n'a pas tardé à réagir et a ironisé sur le choix du nouveau numéro deux du parti de droite : «Bien connu pour ses travaux et réflexions sur la fin de vie, nul doute que Jean Leonetti pourra éclairer la direction du parti de Laurent Wauquiez sur son avenir.»

Jean Leonetti, nouveau vice-président des Républicains et ancien ministre des Affaires européennes de 2011 à 2012 sous la présidence de Nicolas Sarkozy, est effectivement connu pour avoir donné son nom à la loi Claeys-Leonetti. Ce médecin cardiologue, toujours en exercice, avait plaidé pour une fin de vie sous «sédation profonde et continue jusqu'au décès» pour les malades en phase terminale. Mais la loi, entamée en 2005, puis corrigée par l'Assemblée en 2012 et 2016, n'a jamais satisfait pleinement les tenants du «droit de mourir», ni leurs opposants dits «pro-vie».

Alain Juppé soutient son ex-adjointe

Alain Juppé, candidat malheureux à l'investiture républicaine en 2017, avait vu Virginie Calmels, son ancienne première adjointe à Bordeaux, rejoindre François Fillon pour sa campagne présidentielle puis soutenir Laurent Wauquiez pour prendre la tête du parti. Il a choisi de défendre cette dernière dans un tweet court mais laudateur : «Virginie Calmels a des convictions. Et du courage. Elle vient de le montrer.»

La sénatrice LR du Bas-Rhin, Fabienne Keller, a fustigé la décision de Laurent Wauquiez, la qualifiant de «nouveau repli hégémoniste».

Valérie Pécresse a elle dénoncé ce 18 juin le «rétrécissement» de la droite «depuis six mois» et l'élection à la tête des Républicains de Laurent Wauquiez. «Je me suis inquiétée il y a six mois du rétrécissement de notre famille politique, c'est un danger, une menace pour la droite française, et ce danger, cette menace, existe depuis six mois», a-t-elle fait savoir lors d'une conférence de presse présentant le projet européen de son mouvement Libres !.

Le numéro deux est là pour épauler le numéro un. Il n'est pas là pour nuire au parti

Au micro de France Info, la républicaine Nadine Morano a quant à elle souligné le parcours de Virginie Calmels, passée du camp d'Alain Juppé à celui de François Fillon avant de rallier Laurent Wauquiez et a précisé : «Le numéro deux est là pour épauler le numéro un. Il n'est pas là pour nuire au parti.»

Pour ses soutiens, Laurent Wauquiez, qui a à plusieurs reprises critiqué la verticalité du pouvoir chez Emmanuel Macron, semble réaffirmer son autorité au sein du parti. «On ne peut pas invectiver sans cesse sa famille politique», a ainsi commenté sur LCI le 17 juin la porte-parole de Les Républicains, Laurence Saillet. «Laurent Wauquiez n'est pas isolé, toute l'équipe dirigeante est derrière lui. Il n'y a aucun problème de management», a-t-elle encore assuré le même jour sur France Info.

Lire aussi : Virginie Calmels, évincée de la direction de LR après ses critiques répétées contre Laurent Wauquiez

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Sondage

Selon vous, la mise en demeure de RT France par le CSA est...

Résultats du sondage

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter