Notre-Dame-des-Landes : un homme se fait arracher la main en ramassant une grenade offensive

- Avec AFP

Notre-Dame-des-Landes : un homme se fait arracher la main en ramassant une grenade offensive© GUILLAUME SOUVANT Source: AFP
Un manifestant masqué lève les mains alors qu'il marche au milieu de la fumée de gaz lacrymogène lors d'affrontements avec des gendarmes anti-émeute sur la ZAD, le 17 mai 2018 (Illustration)

Selon Sylvie Canovas, procureur de la République de Saint-Nazaire, un homme a été grièvement blessé ce 22 mai alors qu'il tentait de ramasser une grenade au cours de heurts avec la gendarmerie mobile sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes.

Un homme a été grièvement blessé ce 22 mai en ramassant une grenade sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes, lors de heurts avec des gendarmes en marge des travaux de déblaiement de squats détruits, selon le procureur de la République de Saint-Nazaire, Sylvie Canovas. «Cet homme a été grièvement blessé à la main en ramassant une grenade et se trouve en cours d'évacuation vers un hôpital», a-t-elle déclaré alors qu'elle se rendait sur place. 

Selon les premiers éléments de l'enquête, des opposants s'en sont pris aux gendarmes mobiles qui sécurisaient ces travaux. Pour se dégager, les forces de l'ordre ont répliqué par des jets de grenade de désencerclement. C'est à ce moment-là qu'un homme de 30 ans a eu la main arrachée en ramassant une grenade offensive GLI-F4, selon une source proche du dossier. Selon cette même source, son pronostic vital n'est pas engagé. 

Dans un communiqué, le ministère de l'Intérieur a affirmé que les gendarmes mobiles avaient fait usage de ce procédé «pour défendre leur intégrité physique et disperser le groupe d'activistes». 

Les faits se sont déroulés à proximité du lieu-dit de la Chateigne, l'un des habitats précaires évacués par les gendarmes la semaine précédente. «La personne blessée a été traînée par les gendarmes mobiles pour l'évacuer de la Chateigne, avant d’être emmenée en ambulance à 12h30 sur le chemin de Suez par la Saulce. Flics, hors de nos vies», pouvait-on lire sur le site internet de la ZAD.

Les travaux de déblaiement avaient commencé dans la matinée sur les sites de la Chateigne et la Vosgerie, deux habitats démantelés la semaine dernière, selon la gendarmerie. Les gendarmes ont dû dégager le chemin de Suez, qui était à nouveau jonché de barricades, pour accéder aux habitats démolis.

Dix squats ont été détruits ou évacués les 17 et 18 mai, après la destruction de 29 habitats début avril sur les 97 qui étaient recensés au total sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes.

Lire aussi : NDDL : l'Etat loue la «bonne volonté» des zadistes qui ont déposé des projets nominatifs

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter