NDDL : l'Etat loue la «bonne volonté» des zadistes qui ont déposé des projets nominatifs

NDDL : l'Etat loue la «bonne volonté» des zadistes qui ont déposé des projets nominatifs© JEAN-SEBASTIEN EVRARD Source: AFP
Des zadistes devant un modèle d'avion en bois à Notre-Dame-des-Landes (image d'illustration)

Les zadistes ont décidé de répondre aux injonctions du gouvernement, déposant 40 projets nominatifs. Un changement d'attitude salué par le préfet, qui a souligné leur «gros travail» et a assuré que les projets seraient examinés de près.

Et si le gouvernement et les occupants de Notre-Dame-des-Landes parvenaient finalement à s'entendre ? Alors que l'opération d'expulsion de la ZAD se poursuit, les occupants ont pour la première fois fait un pas en direction des autorités en déposant 40 projets nominatifs en préfecture en vue de régularisation, comme le demandait le gouvernement, et dans l'espoir d'y mettre un terme.

«Nous voulons stopper l'escalade de la tension sur la zone et obtenir enfin le temps nécessaire au dialogue et à la construction du projet que nous défendons», ont ainsi déclaré des représentants des zadistes devant la presse, le 20 avril. «Face à l'injonction, on n'a pas eu le choix [...] pour sauver un minimum ce qui se passe [sur la ZAD]», a confié Cyril Bouligand, membre de Copain 44, collectif d'organisations agricoles.

Un changement d'attitude qu'a tenu à saluer le préfet des Pays de la Loire, Nicole Klein. «C'est un signe de bonne volonté», a-t-elle souligné à l'issue d'une réunion de plus de deux heures avec les représentants des zadistes, rappelant qu'ils avaient jusqu'à présent toujours refusé de donner des projets nominatifs. «Ils ont fait un gros travail, il faut le reconnaître et ils ont amené une vingtaine de projets nominatifs, donc le nom, une adresse, un projet qu'on va bien sûr examiner de près d'ici [le 23 avril]», a-t-elle affirmé. 

Signe qu'un terrain d'entente est train de voir le jour, Nicole Klein a noté que sept projets paraissaient ne poser aucun problème et que 18 autres n'étaient «pas loin de l'aboutissement». «On va voir assez rapidement si ça tient la route», a-t-elle expliqué. Mais elle n'a pas pour autant précisé si le dépôt de ces projets viendrait mettre un terme aux expulsions : «Ce n'est pas moi qui décide évidemment, c'est une décision du gouvernement.»

De quoi ne pas faire baisser «l'extrême vigilance» des zadistes, qui ont averti qu'ils seraient «prêts à réagir tous ensemble» si les expulsions devaient reprendre.

Lire aussi : Combien coûte l’évacuation de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes par jour à l'Etat ?

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter