«Altération de l'histoire» : l'élection d'une Jeanne d'Arc métisse enflamme la toile

«Altération de l'histoire» : l'élection d'une Jeanne d'Arc métisse enflamme la toile© CHRISTOPHE ARCHAMBAULT Source: AFP
La statue de Jeanne d'Arc à Orléans (image d'illustration)

Pour les fêtes johanniques du 29 avril et le défilé militaire du 8 mai, c'est une jeune métisse qui a été choisie pour représenter Jeanne d'Arc. Une décision qui a provoqué de nombreuses réactions sur les réseaux sociaux.

L'élection par le comité Jeanne d'Arc de Mathilde Edey Gamassou, une jeune métisse de 17 ans née d'un père béninois et d'un mère polonaise, pour représenter la pucelle d'Orléans lors des prochaines fêtes johanniques, n'a pas fait que des heureux.

Sur les réseaux sociaux, nombre d'internautes ont critiqué un choix qu'ils jugent dénué de réalité historique, en raison de la couleur de peau de la jeune femme. «La révision et l'altération de l'histoire avancent à pas de géants», dénonce ainsi l'ancien cadre du Front national puis du Mouvement national républicain Jean-Yves Le Gallou.

«Pourquoi pas? Si la diversité doit l'emporter sur la réalité historique», commente de son côté l'ancien magistrat Philippe Bilger, avant de préciser qu'il espérait qu'on ne représenterait «jamais le libérateur noir Toussaint Louverture par un visage pâle».

Une idée reprise sur un ton plus sarcastique par un internaute, qui s'imagine Gérard Depardieu interprétant l'ancien président sud-africain Nelson Mandela dans un film.

Autant de réflexions qui ont poussé le comité de sélection de la ville d'Orléans à rappeler les conditions à remplir pour pouvoir représenter Jeanne d'Arc lors des défilés du 29 avril et du 8 Mai. A savoir résider et être scolarisée dans la ville, donner de son temps pour les autres et être catholique pratiquante. «La couleur de peau n'est pas un critère», insiste Bénédicte Baranger, présidente de l'association dans des propos rapportés par Le Parisien. Et le maire d'Orléans Olivier Carré de soutenir que la jeune femme incarne parfaitement Jeanne d’Arc, car elle elle partage ses qualités : «son courage, sa foi et sa vision.»

La secrétaire d'Etat Marlène Schiappa s'est invitée dans le débat, apportant son soutien à la jeune femme, avant de dénoncer les attaques de la «fachosphère» et d'affirmer que Jeanne d'Arc n'appartenait pas aux identitaires.

Mathilde Edey Gamassou n'a de son côté pas semblé être atteinte par la polémique : «Je me sens pleinement française. Je suis métisse, et alors ?»

Lire aussi : Emmanuel Macron commémore Jeanne d'Arc et agace à gauche

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.