«Chasse aux migrants» : les syndicats s'insurgent contre une note interne de la SNCF à Bordeaux

«Chasse aux migrants» : les syndicats s'insurgent contre une note interne de la SNCF à Bordeaux© MIGUEL MEDINA Source: AFP
Image d'illustration

Une note interne au personnel de la SNCF en Gironde qui leur demandait d'identifier puis de recueillir un maximum d'informations sur les migrants a outré les syndicats. La direction a affirmé ne pas en avoir eu connaissance et l'a retirée.

Les 600 contrôleurs de la SNCF de la région bordelaise ont reçu le 16 février une note interne qui a fait grand bruit. Celle-ci leur donnait la marche à suivre lorsqu'ils rencontraient «un groupe constitué de population migrante» à bord des trains ou sur les quais.

Révélée par 20 Minutes, cette note leur demandait ainsi de «ne pas s'exposer», tout en essayant de collecter le maximum d'informations possible sur les migrants, à savoir leur nombre, la présence d'enfants dans le groupe, leur destination ou encore la raison de leur déplacement. Il leur était en outre recommandé d'en «aviser l'escale», et enfin de «rédiger un rapport circonstancié et factuel».

Autant de consignes qui ont suscité un vif émoi au sein de l'entreprise. Séverine Rizzi, secrétaire de la section CGT Cheminots de Bordeaux s'est insurgée que l'on demande aux contrôleurs «de classer les migrants et de se comporter comme une milice de préfecture». «Il faudrait ainsi identifier les groupes de migrants, avant même de savoir s’ils ont ou pas un billet», a-t-elle dénoncé dans les colonnes de 20 Minutes, estimant inacceptable que les contrôleurs puissent s'entendre dire qu’ils feraient «la chasse aux migrants».

«La délation est érigée en conduite à tenir ! La SNCF réinvente Vichy ! C’est une honte», s’est indigné de son côté Thomas Portes dans un communiqué au nom du collectif des cheminots du PCF.

Une note non validée par la direction régionale

Pour tenter de tuer la polémique l'œuf, la SNCF a affirmé le 20 février que cette note était «le fruit d’une initiative personnelle» et n'avait pas été validée par la direction régionale, qui «n'en avait pas connaissance».

«Cette note ne reflète en aucun cas la politique nationale de SNCF qui se doit de communiquer les coordonnées des services pouvant aider les populations concernées par la crise migratoire», a poursuivi l'entreprise ferroviaire, avant de préciser qu’une nouvelle note serait rédigée dans les prochains jours portant sur les «gestes métiers» des contrôleurs.

Lire aussi : Des militants et associations se mobilisent contre la loi Asile et immigration de Collomb (VIDEOS)

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.