«Plus dociles» ? Des gendarmes devraient remplacer les CRS devant la villa des Macron

«Plus dociles» ? Des gendarmes devraient remplacer les CRS devant la villa des Macron© Philippe HUGUEN Source: AFP
Brigitte Macron et sa fille Tiphaine Auzière, quittant leur maison du Touquet
Suivez RT France surTelegram

Les CRS en garde statique devant la maison du Touquet du couple présidentiel, qui avaient fait vent de leurs conditions de travail difficiles, devraient être remplacés par des gendarmes. Ces derniers devront, eux, accepter la situation.

Qui a dit que travailler pour Emmanuel Macron serait simple ? Selon les informations du Point du 10 février, Emmanuel et Brigitte Macron auraient fait remplacer les CRS qui étaient stationnés devant leur villa du Touquet. Ils devraient quitter leur poste le 20 février selon La Voix du Nord.

Ils devraient être remplacés par un escadron de gendarmes mobiles, jugés «plus dociles» par le syndicat Unsa. En effet, les gendarmes possèdent un statut militaire et ne peuvent donc pas se syndiquer.

La préfecture de Calais aurait pris cette décision le 8 février après avoir rencontré les représentants des CRS. En cause ? Des conditions de travail particulièrement difficiles. La maison étant gardée 24h/24, les conditions climatiques hivernales ont éprouvé le personnel qui n'avait droit à aucun abri pour se protéger des intempéries. Egalement, les agents n'avaient pas accès à des toilettes... Le Point informe aussi que les CRS, équipés d'armes lourdes, étaient au «bord de l'épuisement physique». Les CRS se plaignaient de ces conditions depuis 2017

Depuis l'investiture d'Emmanuel Macron, environ 40 hommes de la Compagnie républicaine de sécurité (CRS) assurent à tour de rôle la garde statique de cette demeure, même quand le couple n'y est pas. Le syndicat Unsa était plusieurs fois monté au créneau pour demander une amélioration des conditions de travail. Un restaurateur du Touquet s'était d'ailleurs ému de cette situation et avait décidé d'offrir des repas aux CRS les 25 décembre et 1er janvier derniers.

Les «récriminations» n'auraient donc pas plus à l'Elysée selon Le Point. Cette nouvelle anicroche entre Emmanuel Macron et les CRS suit effectivement une longue liste de plaintes de la profession. Depuis plusieurs mois, les CRS ont à plusieurs occasions manifesté leur mécontentement en se faisant porter pâles pour dénoncer notamment le projet de fiscalisation de leurs primes d'indemnité de déplacement. Le 21 septembre, près de 2 000 d'entre eux s'étaient mis en congé maladie lors de la visite d'Emmanuel Macron à Marseille. Ils avaient alors été remplacés par... des gendarmes mobiles.

Lire aussi : Pas d’abri, pas de toilettes : les CRS en faction à la villa des Macron au Touquet haussent le ton

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix