La suppression de la taxe d’habitation, une «fake news» ? Des politiques dénoncent un nouvel impôt

La suppression de la taxe d’habitation, une «fake news» ? Des politiques dénoncent un nouvel impôt© PHILIPPE HUGUEN Source: AFP
Image d'illustration.

Ministre auprès du ministre de l'Intérieur, Jacqueline Gourault, a déclaré le 11 janvier que la disparition de la taxe d'habitation serait suivie d’un nouvel impôt «plus juste». Du PCF au FN, l'opposition est montée au créneau.

La fameuse suppression de la taxe d’habitation pour tous s’accompagnera de la création d'un nouvel impôt, dans le cadre d'une «réforme fiscale», a dévoilé  Jacqueline Gourault. Interrogée le 11 janvier dans l’émission «Question d’info» pour LCP-France Info-Le Monde-AFP, la ministre auprès du ministre de l’Intérieur a fait savoir que le gouvernement planchait sur un «impôt plus juste» afin de compenser la disparition totale de la taxe d’habitation d’ici deux ans. Ce nouvel impôt aura pour finalité de garantir des «ressources pour les collectivités locales». 

Si aucun calendrier n’a été précisé concernant ce projet, la ministre a néanmoins annoncé que «les discussions» avaient débuté.

Quelques heures après son intervention, l’ancienne vice-ministre du Sénat a tenu à se montrer rassurante sur Twitter : «La taxe d’habitation est définitivement abolie et ne sera pas remplacée par un autre impôt. La fiscalité locale sera entièrement repensée.»

Mais pour les opposants à la majorité présidentielle, le mal est fait. L’évocation d’un nouvel impôt par la ministre a rapidement fait réagir des responsables politiques. Lydia Guirous, porte-parole du parti Les Républicains (LR), a ainsi regretté cette annonce en utilisant l’expression «en même temps», fameux tic de langage d’Emmanuel Macron. «Supprimer la taxe d'habitation d'une main – et en même temps – créer une nouvelle taxe de l'autre. Cela Macron ne l'avait pas annoncé aux Français», déplore-t-elle.

Le président veut lutter contre les fake news ? Alors il peut commencer avec la suppression de la taxe d'habitation... qui sera en fait remplacée par un nouvel impôt

Même son de cloche chez Eric Woerth. Le président de commission des finances de l'Assemblée nationale et député LR de la 4e circonscription de l'Oise, a choisi d'établir un parallèle taquin entre le projet de loi voulu par le président de la République pour lutter contre les fausses informations, et la promesse macronienne de suppression de la taxe d'habitation. «Le président veut lutter contre les fake news ? Alors il peut commencer avec la suppression de la taxe d'habitation... qui sera en fait remplacée par un nouvel impôt !», a-t-il tweeté.

Même vocabulaire à l'autre bout du spectre politique, chez le Parti communiste français (PCF), dont le compte Twitter a décidé d’utiliser le hastagh #FakeNews, pour commenter l'annonce «prématurée» de la disparition de la taxe d'habitation.

La présidente du Front national (FN), Marine Le Pen, a de son côté rappelé que son parti avait «prévenu les Français» sur ce thème, en réemployant une de ses déclarations du débat de l'entre-deux-tours de la présidentielle : «Macron reprend de la main gauche ce qu'il prétend donner de la main droite !», assure-t-elle sur Twitter.

Dans le budget pour 2018, le gouvernement a entamé la suppression par tiers de la taxe d'habitation pour 80% des ménages à l'horizon 2020. Fin décembre, en promulguant le texte, le président Emmanuel Macron a exprimé son souhait d'abandonner cet impôt pour la totalité des Français dans les mêmes délais.

Lire aussi : ISF, APL, taxe d'habitation... le Conseil constitutionnel valide l'essentiel du budget 2018

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.