Charles Aznavour choque en proposant de «faire le tri» des migrants pour ne pas rater les «génies»

Charles Aznavour choque en proposant de «faire le tri» des migrants pour ne pas rater les «génies»© Eric Feferberg Source: AFP
Charles Aznavour en concert en décembre 2017 à Paris.

Le chanteur Charles Aznavour a choqué jusqu'à ses fans en proposant de «faire un tri» parmi les réfugiés afin de retenir les «génies», ou encore, ceux qui pourraient s'avérer «utiles».

Invité sur le plateau du 20h30 le dimanche le 7 janvier sur France 2, le chanteur Charles Aznavour a déclenché une polémique à cause de propos tenus envers les migrants et que d'aucuns ont jugé déplacés.

Prenant à témoin le chanteur de 93 ans, fils de parents arméniens, sur la richesse du mélange des cultures, le journaliste lui demandait : «Quand on voit cette histoire, ce parcours, cette double culture, est-ce qu'aujourd'hui vous considérez que la France est trop timide vis-à-vis de l’accueil migrants ?» L’interprète d'Emmenez-moi a répondu en expliquant qu'il trouvait dommage de se priver des profils les plus intéressants. La solution qu’il a imaginée pour remédier à ce problème ? Le tri.

«D'abord, on devrait savoir à qui on a affaire. Il y a peut-être des génies parmi ces gens, en tout cas il y a des gens utiles, c'est sûr», a-t-il déclaré. «Et c'est vrai aussi qu'on ne peut pas avoir tout le monde chez soi. C’est pas facile et puis ce ne serait pas normal. Mais on pourrait faire un tri, en tout cas intéressant. On pourrait avoir des gens très intéressants qui passent», a-t-il poursuivi. A l’appui de sa proposition, le chanteur a convoqué une figure de la science : «Si Marie Curie passait, on ne saurait pas. C’est une Polonaise, on lui dirait "Au revoir Madame".» Le chanteur oublie toutefois de noter que la Pologne fait aujourd'hui partie de l'Union européenne et de l'espace Schengen et, dans le contexte actuel, l'exemple n'est pas des plus pertinents.

Un internaute le traite de vieux croûton qui veut «trier les migrants comme on trie des bêtes».

Nombreux sont les internautes lui rappelant que ses parents étaient précisément des migrants. Un utilisateur le juge même «écœurant». 

Cet internaute estime même que selon les critères du chanteur, ses parents n’auraient pas été admis en France.

Cet autre imagine ce que serait la vie de l'artiste si la France avait appliqué cette politique à l’époque de ses parents : l'homme vendrait des baklavas dans son pays.

Un autre ironise sur le fait que Charles Aznavour ne comprend pas pourquoi les réfugiés fuient la misère tandis qu'Aznavour s’est fait un temps domicilier en Suisse et a même avoué avoir versé des pots de vin pour payer moins d’impôts.

Un internaute, qui fait allusion aux astuces fiscales d’Aznavour, plaisante avec les «bons» et les «mauvais» migrants.

Le chanteur trouve tout de même quelques adeptes de son idée. Cette internaute pense qu’il prend «le contre-pied du star-système».

Cet utilisateur estime qu’«avec le politiquement correct, on n'osera plus rien dire».

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»