«Député call center» : le tweet d’une sympathisante LREM sur Adrien Quatennens fait bondir LFI

«Député call center» : le tweet d’une sympathisante LREM sur Adrien Quatennens fait bondir LFI © JOEL SAGET Source: AFP
Adrien Quatennens, membre du parti de gauche La France insoumise (LFI), pose lors d'une séance photo à Paris le 13 décembre 2017.

Une sympathisante LREM a surnommé le député Adrien Quatennens : «député call center» en référence à son métier de conseiller clientèle. Une moquerie qui n'est pas passé inaperçue du côté de La France insoumise qui parle de «mépris de classe».

Dans un tweet du 29 décembre, Sophie Point, qui affiche ouvertement son soutien au parti de la majorité présidentielle, s’est ouvertement moquée d’Adrien Quatennens, élu de La France insoumise (LFI) dans la première circonscription du Nord, en le surnommant «député call center». Un surnom en référence au métier de conseiller clientèle dans le secteur de l’énergie que l'intéressé occupe toujours.

Une formulation qui est loin d'être passée inaperçue du côté des membres de LFI. Leur leader Jean-Luc Mélenchon a fait par de son indignation. «Incroyable mais vrai. Le mépris de classe est un argument public chez "La République en Marche", le parti des riches. Ce tweet croit nous piquer en moquant Adrien pour avoir travaillé en "call-center". Pour eux l'Assemblée nationale est réservée aux DRH. Nous, insoumis, nous sommes fiers du parcours d'Adrien et de son haut niveau politique. Il préfigure bien le peuple que notre victoire mettra partout au pouvoir», a-t-il commenté sur Facebook.

Autre ténor du parti, Alexis Corbière, député de la 7e circonscription de Seine-Saint-Denis, a dénoncé de son côté le tweet polémique en évoquant «l'arrogance des petits bourgeois». 

Directement visé, Adrien Quatennens a également tenu à répondre au tweet en transformant en hashtag l'expression «mépris de classe», initialement utilisée par le président de LFI à l’Assemblée nationale. «Il semblerait en effet que certains sympathisants de La République En Marche supportent mal qu'un conseiller clientèle, une aide-soignante, un employé ou un ouvrier ait sa place à l'Assemblée Nationale. Pour nous, cela va de soi. C'est même notre fierté. #MéprisDeClasse». 

Lire aussi : Erreurs de débutants ? Les cinq plus beaux couacs des nouveaux élus LREM en 2017

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter