«Bande de bâtards» : la police nationale répond tranquillement à Mathieu Kassovitz

«Bande de bâtards» : la police nationale répond tranquillement à Mathieu Kassovitz© Benoit Tessier Source: Reuters
Enseigne de la police nationale (illustration)

Qualifiée de «bande de bâtards» par le réalisateur Mathieu Kassovitz, la police a répondu sereinement sur Twitter. L'artiste reprochait aux forces de l'ordre d'avoir employé des moyens démesurés lors d'une opération anti-drogue aux maigres résultats.

La réponse de la police, le 28 décembre sur Twitter, est sobre mais élégante : «Monsieur Kassovitz, notre engagement est total pour assurer, 7 jours/7, 24h/24, la sécurité de chaque citoyen, y compris la vôtre et celle de ceux qui vous sont chers.»

Quelques jours plus tôt, le 24 décembre, le célèbre réalisateur Mathieu Kassovitz avait reproché aux forces de l'ordre les moyens mis en oeuvre lors d'une opération anti-drogue sur Nantes. Une opération massive menée le 22 décembre dans l'hôpital Saint-Jacques, qui n'avait abouti à la saisie que de 7 grammes de résine de cannabis, malgré l'inspection de trois bâtiments et la perquisition de nombreuses chambres.

Ainsi, sur Twitter, le cinéaste avait traité les policiers nantais de «bande de bâtards». «Vous êtes une belle bande de bons à rien», avait-il encore ajouté, à l'adresse directe du compte Twitter de la police nationale.

Vers une plainte du ministère de l'Intérieur ?

Ces insultes n'ont en outre pas vraiment été du goût du syndicat de police Unité SGP Police-FO. Ce dernier a directement écrit au ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb : «Nous ne pouvons accepter que [certaines publications] se permettent d’injurier les fonctionnaires de police [...] Ce tweet [de Mathieu Kassovitz] est profondément intolérable et mérite une réaction de nos plus hautes autorités pour insulte à agent de la force publique.»

Le syndicat demande ainsi à Gérard Collomb de porter plainte contre l'artiste. Au moins sept policiers nantais ont déposé plainte, à titre personnel pour «outrage», selon Thierry Spitz, secrétaire régional adjoint du syndicat de police Alliance, interrogé à ce sujet par l'AFP.

Une démarche soutenue par le directeur général de la police nationale, Eric Morvan.

Ces démarches n'ont guère intimidé Mathieu Kassovitz, qui a de nouveau provoqué la police sur les réseaux sociaux, le 28 décembre. «C’est pas pour injures qu’ils devraient déposer plainte mais pour avoir blessé leur orgueil. Désolé les gars. Vous êtes au top. 25 héros pour 35 euros de drogue dangereuse hors de la rue», a-t-il lancé sur Twitter.

Lire aussi : Exhumée sur Twitter, une vidéo du YouTubeur Usul appelant à «tabasser les flics» soulève un tollé

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter