Exhumée sur Twitter, une vidéo du YouTubeur Usul appelant à «tabasser les flics» soulève un tollé

Exhumée sur Twitter, une vidéo du YouTubeur Usul appelant à «tabasser les flics» soulève un tollé
Le YouTubeur Usul lors d'une interview avec le Lyon Bondy Blog en mai 2017, capture d'écran YouTube, DR

Alors que Twitter a récemment durci ses règles d'utilisation afin de lutter contre les appels à la violence, des internautes ont relayé une ancienne vidéo du YouTubeur Usul, dans laquelle on entend celui-ci légitimer le tabassage de policiers.

Dans un contexte de durcissement des règles d'utilisation de Twitter visant à combattre les «conduites haineuse», une vidéo sur laquelle apparaît le YouTubeur Usul, datant de mai 2017, a refait surface et fait polémique parmi les internautes. Le vidéaste, rendu populaire grâce à ses vidéos sur le monde des jeux vidéo à la fin des années 2000 et au début des années 2010, y appelle clairement à la violence contre les forces de l'ordre. «Les gens se disent : "La démocratie est bloquée, donc essayons de la débloquer". Et on peut en effet la débloquer en gueulant un bon coup, en sortant dans la rue et en tabassant des flics, enfin en tabassant, c’est un grand mot, vu comment ils sont protégés, c’est pas évident», l'entend-on dire dans la séquence filmée.

Se définissant sur son compte Twitter – en anglais dans le texte – comme un «commentateur politique marxiste sur YouTube bien de chez nous», également chroniqueur pour Mediapart, Usul répondait à une journaliste du Lyon Bondy Blog, émanation du blog parisien éponyme, au printemps dernier. «Il y a quand même des flics – pardon des policiers – qui sont blessés», observait alors la journaliste qui l'interviewait. Ce à quoi le blogueur marxiste a répondu que chaque métier comportait des risques spécifiques. 

Tous les métiers ont des risques. Ils ont choisi d'être flics

«Tous les métiers ont des risques. Ils ont choisi d'être flics», argumente ainsi Usul, évoquant à titre d'exemple les routiers exposés aux dangers d'accidents.

Un deux poids deux mesures sur Twitter en matière d'appel à la haine et à la violence ?

La réapparition de la vidéo sur Twitter n'a pas manqué de susciter des réactions indignées, l'un pointant par exemple du doigt un «bad buzz» pour le YouTubeur, un autre appelant à «dénoncer massivement» ses «propos nauséabonds».

Un internaute se demande en outre pourquoi le compte Twitter de Mediapart, dont Usul est chroniqueur, n'a pas été censuré en raison de ces appels à la violence anti-policiers.

Le 27 décembre, après l'exhumation de sa vidéo polémique sur les réseaux sociaux, Usul affirmait faire l'objet de menaces de violences. «Des gens qui souhaitent ma mort ou mon viol», précisait-il ajoutant : «Ce n'est pas très Charlie, tout ça.»

Ce à quoi une internaute a répondu avec ironie qu'Usul serait bien en peine d'aller porter plainte auprès de la police.

Lire aussi : Censure ? Twitter lance une purge des comptes identitaires

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.