PMA et GPA : ces enfants «qui ne devraient même pas exister» selon le chef des Jeunes avec Wauquiez

PMA et GPA : ces enfants «qui ne devraient même pas exister» selon le chef des Jeunes avec Wauquiez© Victor Ruiz Garcia Source: Reuters
Un homme espagnol tient sa fille née par GPA au Mexique, 2015, illustration

Dans un portrait dressé par Libération, un jeune lieutenant de Laurent Wauquiez a affirmé que les enfants nés grâce à la PMA «ne devraient même pas exister». Ses propos sur Marine Le Pen et les Constructifs ne manquent pas non plus de sel...

A 24 ans, Aurane Reihanian est le chef de file des Jeunes avec Wauquiez. A en croire le portrait qu'en a dressé le quotidien Libération le 12 décembre et qui le surnomme «bébé Wauquiez», il nourrit l'ambition de devenir député européen en 2019 et ne rechignerait pas à prendre la tête du groupe des Jeunes LR.

Loin de pratiquer la langue de bois, le jeune homme plein d'ambition est même allé un peu loin avec la journaliste qui lui donnait la parole : Marine Le Pen ? «une bourgeoise, fille à papa» ; les LR Constructifs du groupe rebaptisé «Agir» à l'Assemblée ? Des «prostitués»... Quant aux enfants de couples homosexuels nés par procréation médicalement assistée (PMA) : selon le lieutenant de Laurent Wauquiez, ils «ne devraient même pas exister».

PMA ou GPA ? Aurane Reihanian n'a pas la même version que la journaliste

Le jeune homme a eu beau faire valoir a posteriori qu'il parlait en fait des enfants nés par gestation pour autrui (GPA), la journaliste qui a recueilli ses propos maintient pour sa part auprès du Lab d'Europe 1 qu'il était bien interrogé sur «la PMA pour les gays». Il aurait alors répondu : «En toute logique, ces enfants là ne devraient même pas exister. Je suis contre la PMA et contre la GPA, je suis contre les deux.» Le jeune homme aurait également ajouté qu'il était contre l'ouverture de la PMA aux couples de femmes voulue par le gouvernement d'Emmanuel Macron.

La «PMA pour tous» : rendez-vous en 2018

Pour mémoire, lors de la campagne présidentielle, Emmanuel Macron avait annoncé qu'il était favorable à l'élargissement du droit à la PMA pour les couples homosexuels ainsi qu'à la reconnaissance des enfants nés de gestation pour autrui (GPA). Il avait cependant insisté sur le fait qu'il ne s'agissait là que de son avis personnel et non d'une ligne politique.

Pourtant, à en croire le ministre de la Santé, Agnès Buzyn, le dossier de la «PMA pour tous» pourrait être porté devant le Parlement assez rapidement, probablement «lors des états généraux de la bioéthique qui se tiendront l'année prochaine». En 2018, le Parlement doit d'ailleurs réexaminer la loi de 2011 sur la bioéthique – un hasard du calendrier qui pourrait constituer une opportunité, pour la majorité, d'introduire cette réforme sociétale fortement attendue du côté des associations gays et lesbiennes.

Lire aussi : «Après les OGM, les enfants à un seul parent ?» Schiappa indignée par une campagne anti-PMA/GPA

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter